Bagel Corner adopte un nouveau décor et poursuit sur sa lancée
Communauté 5

Bagel Corner adopte un nouveau décor et poursuit sur sa lancée

15 Septembre 2017 - 1321 vue(s)
Pour sa 22e unité, une succursale, Bagel Corner a revu non seulement toute la déco mais aussi le process et l’offre. Une mutation qui s’inscrit dans le cadre de perspectives fortes de croissance avec déjà près de 10 unités dans le pipe pour les prochains mois.

Installé au 19, rue de la Boétie à Paris, le tout dernier restaurant Bagel Corner est la nouvelle vitrine du n°2 français du bagel (en nombre d’unités). « La chaîne a mûri et passé un nouveau cap en diversifiant ses implantations en villes, en gares, en aéroports ou sur autoroutes. Ce renouveau est le reflet d’un réseau moderne dans ses services comme dans son offre qui a été élargie, en phase avec son temps », explique Grégory Clément cofondateur de l’enseigne avec Michael Cohen et Rachid Ez-zaïdi.  

L'offre a été enrichie et s'est diversifiée pour répondre à tous les moments de consommation de la journée.

D’ailleurs le message est clairement affiché en façade et les propositions beaucoup plus visibles. Outre les traditionnels bagels toastés, l’offre de salades s’est musclée avec 4 références dont 1 veggie, les mixés (35 cl) fabriqués à la minute ont fait leur apparition (3,90 €) en version Jus & Smoothies (+ 1 € de plus au menu) ou façon Soupes froides ou chaudes selon la saison (3 réfs). Autant que possible, la chaîne insiste sur le fait maison aux yeux des clients et rappelle que les sauces sont fabriquées à façon. Côté desserts, on indique aussi le « cuit sur place » pour les muffins et les cookies, histoire de renforcer l’esprit « home made ».  Les donuts garnis au restaurant de toppings des plus gourmands, apportent également couleur et nouveauté sur une famille renouvelée de desserts.  

bagelcorner

Si le noir et blanc restent les codes couleurs de Bagel Corner, un t-shirt jaune curry a été adopté

Une déco plus pointue et un process revisité

En plus d'une décoration plus trendy (pensée avec Unicube), d'un cadre épuré, d'un comptoir rabaissé pour plus de proximité avec les clients et d'un mobilier élégant proposés dorénavant aux "licenciés" à 140 K€ clé en main, les daltons ont profité de ce lifting pour revoir le process. En retenant une marche en avant à la « Subway », la servuction a été optimisée tout comme la gestion du flux. On choisit son pain parmi 8 variétés, ses garnitures puis son dessert dorénavant conditionné individuellement en libre-service tout comme la boisson. Les 4 étapes sont rappelées par un affichage clair tout comme les 3 cœurs de repas sont facilement identifiables sur le menuboard : Bagels, Salades et Mixés. Pour une communication plus dynamique, un écran a été ajouté et valorise certaines familles de produits suivant les moments de la journée. L'après-midi par exemple, c'est le café, sélectionné par l'enseigne et tout spécialement torréfié par The Beans on fire. Sur le volet digital, Bagel Corner n’a pas manqué non plus de rendre visible l’activité Click & Collect, signalée clairement en vitrine et par un point de retrait physique à l’entrée du restaurant. Quant au volet réseaux sociaux, là aussi la chaîne a tout prévu avec un espace où les consommateurs peuvent se prendre en photo en live et tout envoyer directement sur les réseaux sociaux depuis le restaurant.

40 unités à fin 2018

Ce dernier restaurant de la Boétie donne le LA du renouveau Bagel Corner qui a clairement accéléré depuis quelques mois son développement et multiplié les points de contacts. Outre ses implantations urbaines, le cap sur les lieux à forts flux a été donné cet été avec l’entrée à l’aéroport de Toulouse avec Areas en juillet dernier, puis dans les gares de l’Est (avec Areas) et Rennes avec Demeters Concessions ou encore sur l'autoroute A71 sur l’aire d’Allier-Saulzet avec Avia.

 

Au total ce sont près de 10 nouvelles ouvertures qui sont annoncées par la chaîne dans les mois à venir dont Meaux, Marseille, Toulouse, Dijon, La Rochelle (n°2), Orléans, Blois, La Ciotat… ou encore Bruxelles où l’enseigne installera sa première unité hors frontières en mars 2018 suite à une masterlicence signée avec Marc Hostyn pour le Bénélux.  « De quoi finir 2017 à environ 30 unités, puis 40 l’an prochain avec l’ambition des 100 à 2021 », explique Grégory Clément qui, en s'appuyant sur une équipe au siège de 11 personnes, espère ouvrir 4 autres destinations dont le Maroc, la Suisse, la Grande-Bretagne et la Scandinavie.

 

 

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (1)
Gravatar
Par COUP de FOOD le 15/09/2017 à 15:53
Bravo !! ;)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique