Best bagels, Cap sur la franchise et la conquête des territoires
Communauté 3

Best bagels, Cap sur la franchise et la conquête des territoires

3 Octobre 2017 - 1015 vue(s)
Le réseau lyonnais Best Bagels aligne 5 points de vente sur 6 dans la capitale des Gaules et veut sortir de ses frontières pour partir à la conquête de la France. Son fondateur, Maxime Charbonnier et son associé Philippe Michaud entendent bien s’appuyer sur la maturité de la marque, pionnière et sur son segment et un réseau qui a fait ses preuves (2,7 M€ de CA), pour séduire de nouveaux partenaires.

Vous dites que Best Bagels fait partie des pionniers sur le segment, quelle est son histoire ?  

Lorsque j’ai créé la marque en 2005, le concept même du bagel n’existait pas en France en dehors peut-être de quelques initiatives isolées. Donc, oui, je peux dire que je fais partie des pionniers lorsque j’ai ouvert mon premier restaurant, place Tobie Robatel à Lyon. Le bagel et moi, c’est l’histoire d’un coup de cœur. Je dirais même une passion pour un produit que j’ai commencé à découvrir lors de mes multiples voyages aux Etats-Unis. J’étais fasciné, je le suis toujours, par la culture américaine. En tant que lyonnais, fier de mon terroir et de la qualité de ses produits, j’ai été très frappé par la culture du bon dans les "Delis" américains tout comme cette notion de service continu et de dépannage 7j/7 dans les conveniences. Même si nous avons en France et aux Etats-Unis, un rapport à l’alimentation différent, l’idée d’installer à Lyon un bout d’Amérique retraduit à la française m’a plu. J’ai donc imaginé ce concept de bagel Shop, façon restaurant-épicerie en misant tout sur la qualité, la proximité et le service. Les Lyonnais ont aimé ! En 2009, en autofinancement, j’ai ouvert une seconde unité rue Ampère toujours à Lyon, puis en 2012 mes premières franchises à Dijon puis à Lyon, rue Mercière. C’est en 2016 que deux nouveaux franchisés ont rejoint le réseau l’un rue Gambetta, l’autre à la Croix Rousse qui n’est autre que Philippe avec lequel je me suis associé l’an dernier pour développer la chaîne. 

"Le bagel et moi, c’est l’histoire d’un coup de cœur. Je dirais même une passion pour un produit que j’ai commencé à découvrir lors de mes multiples voyages aux Etats-Unis." Maxime Charbonnier,  Best Bagels.

Quelle est votre singularité sur un marché aujourd’hui bien occupé ?

Déjà, il y a toujours de la place pour ceux qui font du bon et du vrai alors que le bagel est un marché qui est loin d’être saturé. Ensuite, notre parti pris est d’imaginer des restaurants tous différents mais une culture produits commune, des codes enseignes identiques mais aussi une décoration qui peut être personnalisée par le franchisé afin d’inscrire l’endroit dans son quartier, par rapport à sa clientèle et surtout la sensibilité de son propriétaire. Donc aucun Best Bagels ne se ressemble, c’est en quelque sorte l’anti chaîne. L’endroit est à mi-chemin entre un restaurant de proximité avec préparation et vente au comptoir et une épicerie de type délivery/livre -service comme on en trouve beaucoup aux US. Nous proposons environ 200 références de produits emblématiques de la culture américaine dont 100 fixes depuis le typique Fluff, aux fameuses barres Reese’s en passant par les céréales Lucky Charms et Froot Loops… pas toujours faciles à trouver en France. Autre point de caractère exclusif, depuis l’origine, nous proposons le service à table pour entretenir une vraie proximité et un échange avec nos clients. En revanche, la vente reste au comptoir de manière à être plus efficace pour la prise de commande et permettre aux clients de voir les produits et d’être servis vite s’ils le souhaitent.

Best Bagels à Dijon - crédit Best Bagels

Donc c’est du bagel, et rien que du bagel ?

Nous sommes un concept de bagel, donc il y effectivement surtout des bagels, une gamme d’une quinzaine de propositions assemblées devant les clients avec des recettes imaginées comme de véritables plats. On a même, depuis l’ouverture, des recettes végétariennes qui viennent compléter des compositions beaucoup plus gourmet et gourmandes. L’esprit New-yorkais, on le retrouve aussi dans  les véritables hots dog servis dans nos restaurants mais aussi à travers la gamme de desserts ou boissons gourmandes typiques comme les donuts, les cheese cake, le carotte cake fabriqué maison. Nous avons aussi lancé récemment des produits à notre marque, notre propre bière, nos glaces et bientôt certaines de nos sauces et condiments.

Comment voyez-vous votre développement ?

En tout cas pas sauvage. Nous souhaitons accueillir dans le réseau des entrepreneurs qui nous ressemblent et qui adhérent à la culture de Best Bagels. Nous avons des ambitions mais pas des objectifs ! Aussi, il serait raisonnable de parler d’une quarantaine de restaurants à 10 ans. Ce qui compte pour nous deux, c’est de monter des affaires pérennes aux côtés de franchisés entrepreneurs qui nous ressemblent et qui partagent la même passion du produit que nous. Pour l’heure, 2 projets sont en négociation avancée dans la région Rhône-Alpes mais nous souhaitons aussi rapidement essaimer partout en France.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique