L’étiquetage Nutri-score, c’est parti... pour ceux qui veulent!
Tendances 3

L’étiquetage Nutri-score, c’est parti... pour ceux qui veulent!

2 Novembre 2017 - 1932 vue(s)
Alors que le gouvernement a officialisé mardi, le lancement du système d’étiquetage nutritionnel Nutri-score qui doit rendre l’étiquetage plus clair pour les consommateurs dans le cadre de la lutte contre la malbouffe,  il lui reste encore à convaincre tous les industriels d’adhérer à ce principe de codes graphiques.

Vert foncé, vert clair, jaune, orange, rouge, les 5 codes couleurs associés à 5 lettres sont entrés officiellement en application mardi 31 octobre comme repères nutritionnels sur les aliments ; ils apparaîtront dorénavant sur les emballages des industriels (et des MDD des supermarchés) qui le souhaitent. Une semaine après le « ok » de Bruxelles, la France a donc franchi un pas supplémentaire. En effet, les ministres de la santé et de l'agriculture (Agnès Buzyn et Stéphane Travert) ainsi que le secrétaire d’Etat à l’Economie Benjamin Griveaux ont signé un arrêté qui officialise la mise en place de ce dispositif d’étiquetage nutritionnel facultatif. Il s'agit, pour les pouvoirs publics, à travers cette démarche d’aider les consommateurs à choisir leurs produits en toute connaissance de cause et de les orienter autant que possible vers des aliments plus sains.

nutriscore

Du bon au moins bon pour la santé

Le système graphique (couleurs et chiffres) mis en avant indique la qualité « nutritionnelle » du produit, le vert foncé désignant par un A des produits qualifiés bons pour la santé alors que ceux signés du rouge (E) des aliments plus riches, donc à consommer avec modération. Le calcul est effectué pour 100 g de produit et analyse la teneur en nutriments et aliments réputés bons pour la santé (protéines, fibres, légumes, fruits…) tout comme ceux à limiter (sucre, sel, acides gras saturés…). Cet étiquetage qui vise tous les produits transformés et les boissons non alcoolisées permettra, selon le gouvernement, de mieux renseigner les consommateurs sur la qualité de ce qu’ils achètent, de faciliter le conseil nutritionnel mais aussi d’inciter les industriels à améliorer la qualité de leurs produits.  

Un étiquetage volontaire

Si ce principe d’étiquetage est clairement souhaité par les pouvoirs publics, il ne fait pas l’unanimité. Du côté des industriels, des groupes comme Danone, Fleury Michon ou McCain se sont engagés à le mettre en place tout comme les distributeurs tels Leclerc, Auchan et Intermarché. D’autres grands acteurs de l’agroalimentaire avaient indiqué vouloir lancer leur propre système d’étiquetage même si la Ministre de la Santé a clairement indiqué qu’elle souhaitait que la Nutri-score soit, à terme, la seule référence.

 

Tags : Nutri-score
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique