72 % des Français n'ont pas confiance en leur alimentation quotidienne
Tendances 3

72 % des Français n'ont pas confiance en leur alimentation quotidienne

29 Novembre 2017 - 684 vue(s)
La synthèse extraite de l’étude KEEDN de novembre - "Food : confiance et nouvelles attitudes" - met en lumière une défiance largement partagée des Français vis à vis de leur alimentation quotidienne.

Scandales alimentaires et pratiques agricoles abusives semblent bien avoir eu raison des espérances des consommateurs français… En effet, ils ne seraient que 28 % à faire confiance à leur alimentation quotidienne, ce chiffre chutant même à seulement 18 % auprès de la tranche des 25-34 ans. Les femmes sont d’ailleurs les plus réticentes puisque 77 % d’entre elles n’ont plus confiance contre « seulement » 2/3 des hommes et ce, alors que ce sont encore les femmes, dans de nombreux foyers, qui préparent encore le repas. Détail amusant à ce propos, l’implication des hommes en cuisine est largement saluée par toutes les générations et ce partage des tâches semble déjà une réalité pour 89 % des hommes… Mais les femmes ne sont que 78 % à l’avoir remarqué selon les résultats de l’enquête KEEDN.

Des pratiques différentes... mais une défiance partagée !

Côté pratiques alimentaires, le temps du pot-au-feu unique et familial semble bien révolu. L’alimentation végétarienne ou végane coexiste avec des pratiques omnivores traditionnelles, souvent au sein de la même famille, 31 % des Français voyant d’un œil favorable les pratiques véganes (38 % même des femmes). Ce sont surtout les séniors (+ de 55 ans) qui sont les plus réticents face à ces nouveaux régimes, 75 % d’entre eux se sentent peu d’affinités avec le véganisme (ils ne sont que 58 % chez les 25-34 ans). Et lorsqu’on leur évoque l’éventualité de pouvoir manger des insectes, les séniors s’y refusent à 91 % alors que 40 % des 25-34 et 31 % des 35-44 ans ne seraient pas rebutés. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de faire confiance à son alimentation, les + de 55 ans partagent l’avis général : ils ne sont que 38 % à déclarer avoir confiance en ce qu’ils mangent. Un chiffre très faible pour une génération qui assume généralement ses choix de consommation, au nom de l’expérience acquise. Restaurer la confiance constitue donc bien, à tous les niveaux, un enjeu majeur du secteur alimentaire et agricole conclue l’étude.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique