Portrait : Kimbal Musk, son projet real food combine produits sains ET technologie
Tendances 0

Portrait : Kimbal Musk, son projet real food combine produits sains ET technologie

15 Juin 2018 - 742 vue(s)
L’homme est grand, voit grand et pense loin. Comme pour son frère Elon Musk, l’envergure « futur » habite et motive Kimbal Musk. Depuis toujours passionné par le sujet nourriture, il veut, aujourd’hui, faire ce que son frère a fait pour les voitures électriques et les voyages dans l’espace : révolutionner l’alimentation et l’agriculture pour développer la real food. Une fabuleuse opportunité, pour lui, à la hauteur de la vague internet en 1995.

À sa manière, Kimbal Musk choisit lui aussi de conquérir l’espace mais en gardant bien les pieds sur terre et en développant son projet : la « real food » : l’espace de « la vraie nourriture », une philosophie qui nourrit le corps, l’agriculteur et la planète.

Un projet militant

Sa dynamique s’inscrit, pour lui, comme une opportunité du XXIe siècle : se positionner contre la nourriture industrielle qu’il décrit comme trop calorique et pauvre nutritionnellement. Kimbal Musk est conscient qu’il existe déjà de nombreuses solutions et réponses au sujet real food mais, selon lui, elles ne vont pas assez loin. Musk ne s’intéresse qu’à ce qu’il peut faire évoluer avec le temps. Contribuer à la voie du futur. Toujours. En apportant notamment l’innovation de la Silicon Valley, qu’il connaît bien, au système alimentaire.

Pour Kimbal Musk, le sujet alimentaire est un thème aussi passionnant que la dynamique internet l’était en 1995. En clair, il veut créer un réseau de restaurants, d’entreprises éducatives et agricoles suffisamment grandes pour faire basculer le système alimentaire national vers un système basé sur des aliments locaux, sains, goûteux, abordables, cultivés dans des fermes qui n’utilisent aucun produit chimique et qui font parfois appel à la technologie. Kimbal Musk prend part à de nombreuses conférences pour transmettre ses messages qui résonnent particulièrement auprès des millennials sensibles à la « real food ».

Sa volonté ? Pousser les jeunes entrepreneurs à construire et à participer à son nouveau système alimentaire, plus « intelligent », à ses yeux, pour le futur. Musk est devenu le symbole d’une division entre une ancienne génération qui défend les valeurs « old school » telles que la culture du sol et celles d’une nouvelle génération passionnée par le monde de l’innovation. Kimbal Musk, qui croit autant au pouvoir de la technologie qu’à l’âme d’un cuisinier, pourrait être un liant solide entre ces deux générations.

Kimbal Musk, un empire

Musk est un homme de forte ambition avec des projets évolutifs sur tous les territoires : pleines campagnes et grandes villes. Sous la marque ombrelle « The Kitchen », — du nom de son premier restaurant au Colorado — il a consacré des millions de dollars à un portefeuille de projets liés à l’alimentation tout en formant des partenariats avec des fondations et des gouvernements, dans plusieurs villes. Si notre investisseur est loin de faire l’unanimité auprès des professionnels dans ses approches et décisions, force est de constater qu’il fait bouger les choses et suscite le débat sur le futur « food ». Ses restaurants travaillent tous, bien sûr, avec de la real food, nourriture provenant d’agriculteurs et de fournisseurs responsables et locaux.

The Kitchen : co-fondateur. Première unité ouverte en 2004 dans le Colorado. Son positionnement de la ferme à l’assiette et son style décontracté ont assuré un succès immédiat. L’objectif est de stimuler l’économie agricole locale à hauteur de plusieurs millions de dollars par an avec la création d’emplois de qualité. Aujourd’hui, The Kitchen compte 5 unités.

Nextdoor : restaurants urbains, hyper locaux : la porte d’à côté. Ici, utilisation d’une technologie étonnante. Grâce à l’automatisation, un chef étoilé, de concert avec un ingénieur en logiciel, peut programmer des fours en fonction de son art. Ce qui permet aux jeunes chefs d’assurer une cuisson qualitative et réussie. Évolution vers un véritable avenir alimentaire. Le plaisir à bon prix. Le ticket moyen est de 10 $ (8,25 €). Aujourd’hui ce sont 6 unités. L’objectif est de 50 restaurants d’ici 2020.

The Kitchenette : au sein du parc de Shelby Farms, dans le centre urbain de Memphis, Musk a créé un espace « take away » en proposant des plats de produits locaux pour 5 $ (4,10 €), et du fast food bio comme un antidote au fast food industriel.

Pas loin de là, il a transformé, une terre autrefois utilisée pour la culture du coton en ferme biologique.

Hedge Row : bistro américain décontracté proposant des plats rustiques à base de viandes, légumes, cuits dans un four à bois. 2 unités à ce jour : à Denver et Indianapolis.

Jardins d’apprentissage : Big Green

Création en 2011. Kimbal Musk  installe des learning classes (jardins d’apprentissage) en plein air dans des écoles à travers les US. Il fournit à la fois matériel et personnel. Les enseignants sont formés à expliquer la science à travers la culture de la nourriture et font de ces jardins un lieu de vie. C’est un puissant outil d’apprentissage qui relie les enfants à l’environnement et à la real food. L’idée est de leur montrer qu’elle est plus savoureuse et amusante pour lutter contre l’obésité infantile, notamment dans certaines régions à faibles revenus. Chaque jardin coûte 40 000 $, l’argent provient de la Fondation Musk et des donateurs locaux. L’expérience a notamment été développée à Memphis, Denver, Chicago, Los Angeles... aujourd’hui, ce sont 500 jardins pédagogiques mis en place et Musk vise 1 000 écoles d’ici 2020.

Square Roots : Agriculture verticale

L’objectif de Musk est de répondre au problème du sourcing des grandes villes en y développant une agriculture qualitative sur place. Square Roots est un projet qui forme de jeunes agriculteurs à cultiver des légumes verts, dans des containers d’expédition, avec rien d’autre que des LED et de l’eau améliorée. En 2016, 10 containers ont été installés à Brooklyn ; chacun pouvant produire l’équivalent produits de 8 000 m². Le climat est également contrôlé ce qui donne la possibilité de cultiver toute l’année de nombreuses variétés. Grâce à leur système d’irrigation, très peu d’eau est nécessaire pour ces cultures : 30 l/jour annoncés. En 2017, Square Roots a obtenu un financement privé de 5,4 M$ et a reçu des subventions du ministère de l’Agriculture des États-Unis. Musk veut lancer un programme similaire dans toutes les grandes villes américaines.

Le projet de Musk fait partie de la grande tendance de l’agriculture verticale. Dans une période de besoin et de changement climatique, cultiver plus de nourriture dans moins d’espace pourrait être une stratégie gagnante.

Frédérique Flori. Retrouvez cet article paru dans France Snacking n°49

 

The New York Times ; Blog : Futurism ; Business Insider ; TEDx ; Sites : The Kitchen, Nextdoor, Hedge Row, Kitchenette, Big Green, Square.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique