Fête à Crêpe, après la France cap sur la Belgique et le Canada
Communauté 3

Fête à Crêpe, après la France cap sur la Belgique et le Canada

3 Décembre 2018 - 401 vue(s)
Avec 9 boutiques en construction qui devraient ouvrir courant décembre, la chaîne Fête à crêpe devrait dépasser cette année, les 50 unités pour un volume d’affaires sous enseigne annoncé de 17 M€ pour plus de 25 M€ attendus l’an prochain. Ses fondateurs Eddy Boyer et Mehdi Tounsi sont parvenus en moins de 3 ans, à installer leur modèle de crêpes salées ou sucrées sur mesure en fondant leur concept sur la générosité et la gourmandise. La chaîne qui reste discrète sur le caractère halal de son offre, mise sur une quinzaine d’ouvertures et prévoit de s’installer à Liège en Belgique en décembre et à Montréal, au Canada au premier trimestre 2019. Mehdi Tounsi nous livre les clés de l’enseigne et ses projets.

 

Comment est née l’enseigne ?

Fête à Crêpe est née à Bobigny en 2014 sur un principe de composition de crêpe à la carte. Le prix de base compétitif à 3,50 €, crêpe-emmental était ensuite modulé selon le choix de toppings en protéines, légumes, fromage et sauce pour en faire une recette personnalisée. Le concept, plutôt artisanal, nous a beaucoup plu dans son principe. Avec Mehdi, nous avons décidé de le racheter en nous associant au fondateur avec l’ambition de le formater pour en faire une chaîne. Entre 2014 et 2016, nous avons maturé l’idée, repris à zéro les procédures, retravaillé et standardisé les process, formaté les méthodes de travail et le marketing, musclé l’équipe qui compte douze personnes au siège, pour établir un modèle duplicable. Pilote que nous avons d’abord dupliqué en propre et validé à Ivry-sur-Seine et Nanterre avant de nous ouvrir à la franchise au premier trimestre 2017 à Pierrefitte en région parisienne. Depuis, l’engouement autour du concept ouvert 7j/7, jusque tard, ne s’est pas démenti. Il a fait écho puisque sur l’année 2017, nous avons ouvert plus d’une quinzaine d’unités pour finir l’année à 20 adresses avec une accélération en 2018 avec 30 ouvertures qui devraient nous porter à 50 Fête à Crêpe en fin d’année. Nous bénéficions d'une forte résonnance sur les réseaux sociaux avec plus de 300 000 followers qui font que toute ouverture est un vrai événement.

Quelles sont les clés du concept ?

Fête à Crêpe doit son succès à ce principe qui consiste à personnaliser sa crêpe à partir d’une base neutre à laquelle seront ajoutés, à la carte, des ingrédients salés ou sucrés. Notre recette de crêpes qui a été élaborée avec des professionnels en Bretagne nous permet d’obtenir un mix de qualité qui nous donne un produit dense, à base de farine de blé. La pâte est ensuite fabriquée sur chaque point de vente tous les jours. De même, pour la cuisson, un équipement spécifique a été mis au point pour permettre d’obtenir, de manière automatisée et régulière, des crêpes de 30 ou 40 cm qui sont nos deux formats vendus. En salé, les clients passent commande au comptoir, ou sur des bornes automatiques (15 points de vente en proposent) et choisissent de compléter, ou pas, leur composition de base crêpes-emmental, soit en format regular de 40 cm, soit en 30 cm, à partir d’une centaine de références toppings. Il y a des protéines (1,20 €) de type viande hachée, cordon bleu, thon, saumon poulet, de fromages (0,80 €), de légumes frais (0,50 €) et de sauces (0,20 €). Ce qui leur permet de constituer leur propre recette. C’est le même principe pour les sucrées en partant d’un prix de base à 2,50 € avec 1 ingrédient puis ils l’enrichissent à la carte parmi 35 références de toppings sucrés.

Pour ceux qui souhaitent des recettes toutes faites, nous avons élaboré 9 crêpes signatures dont la Sharingan à 9,10 € composée de cordon bleu, viande hachée, bacon, sauce, cheddar. L’autre point fort de notre marque est nos milkshakes qui remportent un vif succès. De la même manière, les clients ont une base à 3,90 € avec 2 ingrédients au choix qu’ils enrichissent parmi les toppings sucrés.

Quelles sont vos ambitions de développement et vos projets ?

En trois ans, nous avons beaucoup ouvert et nous souhaitons ralentir. Aussi, l’année 2019 sera placée sous le signe de la raison en évitant la course aux nouveaux points de vente. Il s’agit maintenant de stabiliser notre réseau, renforcer les relations franchiseur-franchisés pour une croissance maîtrisée. 9 unités sont à ce jour en construction et devraient ouvrir d’ici la fin 2018 et nos projets pour 2019 visent entre 12 et 15 nouveaux franchisés. Nous croyons aussi beaucoup dans un développement à l’international avec cette signature française portée par la crêpe. Nos premiers tests sont prévus en décembre en Belgique avec une unité programmée à Liège et deux autres à Montréal. Le concept va encore mûrir et s’enrichir des développements en cours dans notre service R&D avec l’arrivée de salades l’an prochain, le lancement de la Bubble waffle à personnaliser, ou encore la mise en place de formules avec des options frites et salades sur certains points de vente. Fête à crêpe ne nécessitait pas, jusqu’à maintenant, la présence d’extraction qui lui permet de s’installer n’importe où. Ce sera du cas par cas selon les demandes.

Outre la réussite d'une seule enseigne plutôt implantée en centres commerciaux, la crêpe n’a jamais vraiment réussi à se développer en chaîne, comment expliquer votre croissance rapide  ?

Je pense que les déconvenues de certains proviennent d’un mauvais ajustement entre l’offre et la demande. Les clients souhaitent des produits gourmands et roboratifs mais aussi parfois transgressifs et qui correspondent à leurs goûts ; nous sommes parvenus à travers nos bases crêpes et la diversité des garnitures, à répondre à ces attentes. Et nos points de vente performent en réalisant entre 700 et 900 K€ par an de CA pour un ticket moyen qui avoisine les 15 euros. Nous devrions dépasser les 17 M€ de CA en 2018 avec de nombreuses unités qui ont ouvert en cours d’année. L’an prochain, lorsque ces restaurants auront pleinement développé leur potentiel, ce chiffre devrait dépasser les 25 M€.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique