La consommation collaborative peut être une opportunité pour la restauration
Tendances 0

La consommation collaborative peut être une opportunité pour la restauration

15 Décembre 2015 - 4188 vue(s)
La consommation collaborative séduit de plus en plus de marchés de masse, parmi lesquels la restauration à en croire la dernière étude en date publiée par PRECEPTA.

Les nouvelles technologies et le web collaboratif ont en effet donné un second souffle à un phénomène qui ne cesse de s’amplifier au gré de la diffusion des nouveaux usages. Les raisons citées sont d’abord financières, à savoir que la consommation collaborative s’ancre durablement dans les modes en restituant du pouvoir d’achat aux ménages. Elle réinvente également les usages comme pour le « social dining » ou partage de repas chez l’habitant avec des plateformes comme VizEat ou VoulezvousDîner. Les plateformes d’intermédiation sont à l’origine de ce bouleversement sur de nombreux marchés. Leur force réside dans leur aptitude à « ubériser » un marché, en exploitant les actifs dormants disponibles en abondance chez les particuliers (logements, véhicules, temps, savoir-faire…), et à les inciter à les mettre à la disposition du plus grand nombre. Leur succès repose également sur leur capacité à fédérer une importante communauté pour démultiplier les possibilités d’échange, à innover sur les dispositifs et les fonctionnalités de leurs interfaces pour améliorer l’expérience utilisateur.

Une opportunité à saisir

Au-delà des postures défensives conseille les équipes de PRECEPTA, les entreprises conventionnelles doivent plutôt s’emparer de la consommation collaborative pour régénérer leur business models dans un objectif de conquête et de fidélisation des clients. A cet effet, elles peuvent actionner deux leviers pour stimuler l’innovation. Le premier est l’optimisation des maillons de la chaîne de valeur (R&D, logistique, vente, SAV…) dans une logique de co-création. Cela passe en général par une réduction des coûts avec l’aide de la communauté, les particuliers se substituant en quelque sorte aux ressources internes. Le deuxième consiste à améliorer la proposition de valeur dans une logique servicielle. Toutefois, relativisent l’étude, de nombreuses incertitudes planent encore sur l’activité collaborative mais aussi sur l’environnement législatif et concurrentiel des plateformes, les experts prédisant à terme une concentration du marché, voire des fusions entre les sphères collaboratives et marchés traditionnels.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique