Le Syneg dresse un bilan 2012 préoccupant
0

Le Syneg dresse un bilan 2012 préoccupant

20 Juin 2013 - 1479 vue(s)

Le syndicat des équipementiers de cuisine dorénavant présidé par Pierre Alain Augagneur, PDG de Charvet en remplacement de Thierry Brener vient de livrer le bilan de l’activité 2012 et les nombreux défis pour les années à venir. L’organisation professionnelle qui regroupe 48 entreprises annonce une baisse des ventes (France + Export) de 2% à 470 M€. Un retrait qui s’expliquerait par la chute des ventes en France de 1,6% et de 3% à l’export. Si 2010 et 2011 avaient permis de gommer la crise de 2009 avec une belle résistance de la filière, 2012 marque un retour aux difficultés avec une réduction des commandes, des difficultés croissantes de trésorerie de la part des bailleurs de fonds et l’absence totale de visibilité quant à l’évolution des ventes.

Parmi les objectifs fixés par le nouveau président, il s’agit d’être plus réactif et anticiper les changements sociétaux, de prendre en compte les défis environnementaux notamment la collecte et le traitement des équipements de cuisine en fin de vie, d’être plus agressif face à la concurrence européenne et internationale avec une nécessite d’ouverture plus marquée vers les marchés extérieurs. Pierre Alain Augagneur veut aussi renforcer l’identité de la profession et défendre ses intérêts spécifiques.

Le syndicat a aussi montré sa volonté de concertation en invitant autour d’une table ronde différents syndicats et associations de la branche pour évoquer les questions du moment, le Snefcca, le CCC, la FCSI, Qualicuisine, le Sinov... " Il est important de raisonner filière alors que les réglementations européennes s’alourdissent dans les domaines juridiques, normatifs et environnementaux".

Parmi les sujets brûlants du moment, les membres du Syneg sont notamment mobilisés sur la gestion des déchets industriels dont la complexité réglementaire préoccupe la filière. En 2013, un groupe de travail DEEE/DEA a été créé, avec la participation d’installateurs pour donner un nouvel élan à sa politique environnementale et trouver les bonnes réponses à la double problématique réglementaire Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) et Déchets d’Eléments d’Ameublement (DEA). En cause justement, la volonté des pouvoirs publics de diriger les producteurs vers des éco organismes alors que le Syndicat a déjà mis en place en 2007 un « système individuel » avec Recy’Stem Pro. Deux options sont donc ouvertes : le maintien des conditions existantes ou la création d’un éco organisme. Quant à la DEA, les constructeurs considèrent que ces initiatives sont un « non sens économique » sans véritable impact sur l’environnement.

Soutenez les restaurants avec San Pellegrino !
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique