happyvore levée de fonds simili carne végétal
Food & Beverage 28

HappyVore lève 35 millions d'€ et se dote de la plus grande usine française dédiée au simili carné

15 Juin 2022 - 3618 vue(s)
La startup française HappyVore, spécialiste des substituts végétaux à la viande, vient de lever 35 millions d’euros. Dé quoi lui permettre d’installer en région Centre la plus grande usine de production française dédiée au simili carné.

Lancée en 2019 par Guillaume Dubois et Cédric Meston, la jeune entreprise française HappyVore s’apprête à franchir une nouvelle étape de son développement. Souhaitant proposer des alternatives variées et gourmandes aux produits carnés, reprenant les codes de la viande en saveur, en texture mais aussi en usage en cuisine, la marque avait déjà réussi à se tailler une place de choix dans plus de 2 000 points de vente dans l’Hexagone et dans plus de 1 000 restaurants selon les chiffres partagés par l’entreprise. Sans oublier bien sûr la boutique en ligne de la marque qui propose les 12 références de la gamme. La levée de 35 millions d’euros doit toutefois permettre à la startup d’entrer dans une nouvelle dimension et d’asseoir des ambitions en poursuivant son industrialisation. Le choix des fondateurs s’est ainsi porté sur un site agroalimentaire basé à Chevilly, en région Centre, et que la société est en train de rénover intégralement. Elle doit devenir, selon l’entreprise, la plus grande usine de production dédiée au simili carné en France. « Nous sommes très fiers de lancer ce site de production, de plus de 10 000 tonnes de capacité, qui va nous permettre d’augmenter nos capacités de production, d’innover davantage et d’accroître la diffusion de nos produits en France », s’enthousiasme Guillaume Dubois. « Nous sommes convaincus, depuis nos débuts, qu’il est possible de créer des projets qui ont à la fois un impact positif sur l’environnement et qui créent des emplois en France. Nous sommes très reconnaissants de l’aide et du soutien des acteurs locaux tels que la Préfecture et la Région et avons une forte volonté d’avancer ensemble ».

Le soutien de figures de la restauration et de l'alimentation

Pour soutenir son développement ambitieux, HappyVore s’est associé à Invus qui, avec le groupe familial européen Artal, accompagne des entrepreneurs dans leur expansion depuis 1985, en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Collectivement, Artal et les entrepreneurs et partenaires qui accompagnent la société depuis 2020 ont donc investi plus de 35 millions d’euros. Parmi les investisseurs privés, on retrouve notamment des figures de la restauration comme Adrien de Schompré (cofondateur de Sushi Shop et d’OFC) ou de l’industrie alimentaire comme Philippe Cantet (ancien directeur d’Innocent). HappyVore a également bénéficié du programme du plan de relance et plan protéines France de la BPI, qui lui a permis de financer certains investissements industriels, tandis que la société envisage également des financements bancaires complémentaires.

"Nous avons été depuis un an un des principaux acteurs de la croissance des alternatives végétales", Cédric Meston, Cofondateur d'Happyvore.

Poursuivre la croissance sur un créneau des subsituts végétaux en plein boom

HappyVore a en effet connu une forte croissance en France sur les douze derniers mois. La marque est ainsi désormais présente dans toutes les principales enseignes de grande distribution, notamment avec désormais un référencement national chez Auchan et Carrefour. La gamme de produits s’est étoffée avec l’arrivée récemment de deux nouvelles références : les boulettes et les nuggets végétaux. « Nous avons été depuis un an un des principaux acteurs de la croissance des alternatives végétales. Depuis début Juin, notre foodtruck sillonne les routes françaises pour faire déguster les produits et aller à la rencontre des consommateurs », ajoute Cédric Meston, le cofondateur de l’entreprise. Dans la continuité des engagements pris par l’entreprise, certifiée B Corporation®, les fondateurs se sont aussi donnés pour objectif de privilégier tant que possible un approvisionnement local et pourraient ainsi bénéficier à terme des cultures de la région Centre, telles que céréales, tournesol, pommes de terre ou encore betteraves. Ce projet doit également avoir un impact positif, à la fois pour le bassin d’emplois local, mais également d’un point de vue écologique grâce à la requalification d’une friche industrielle qui accueillera dans quelques mois les nouveaux collaborateurs d’HappyVore (plus d’une soixantaine aujourd’hui).

 

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique