Konjac
Communauté

Konjac, un superaliment avéré mais à manipuler avec précaution, selon Remy Lucas

4 Janvier 2024 - 23904 vue(s)
Plante vivace, le konjac, est un champion dans la catégorie santé et minceur. Du moins son tubercule. Dans sa chronique l'Oeil de l'Expert, parue dans le dernier France Snacking n° 74, Remy Lucas, fondateur du cabinet Cate Marketing nous en dit plus sur celle que l'on appelle aussi "langue du diable".

Son histoire

Le konjac est une plante vivace originaire des forêts tropicales de l’Asie du Sud-Est, qui pousse naturellement au Vietnam, en Chine, en Indonésie, en Corée et au Japon. À maturité, le tubercule offre une grande fleur spectaculaire, posée sur une longue feuille unique, rose tachetée de vert. Au-delà de sa valeur ornementale, le konjac est surtout connu pour les produits alimentaires tirés de son énorme rhizome. Le tubercule est séché, puis broyé pour obtenir une fine farine blanche, transformée en pâtes alimentaires. On retrouve des traces de sa culture en Chine, dans des textes vieux de 2000 ans. Importé au japon par les moines bouddhistes, vers le VIe siècle, il est d’abord consommé à des fins thérapeutiques, pour soulager les troubles digestifs et la toux. Ce n’est que depuis un siècle qu’il est devenu l’un des aliments les plus populaires du pays, surtout consommé sous forme de nouilles. Aujourd’hui, aliment exotique et coupe faim naturel, le konjac fait une arrivée remarquée en Europe.

Son potentiel

Les vertus santé et minceur du konjac proviennent avant tout de sa teneur très élevée en glucomannane, une fibre capable d’absorber jusqu’à 100 fois son poids en eau. Lors des repas, le gel formé par le glucomannane gonfle, piège graisses, sucres et toxines, et prend beaucoup de place dans l’estomac, provoquant une sensation de satiété mécanique. Il est de surcroît, très peu calorique. C’est pour ces raisons que le konjac est réputé pour la perte de poids, la baisse de la glycémie et du cholestérol. Essentiellement constitué de fibres, il facilite le transit, mais peut aussi entrainer des effets indésirables chez les personnes aux intestins fragiles et ralentir l’absorption des nutriments ou des médicaments. Traditionnellement au Japon, le konjac existe sous forme de bloc, de boules et de nouilles (shirataki). En cuisine, il est surtout apprécié pour sa texture un peu élastique et ferme. Son goût est neutre, voire fade et sa couleur blanche translucide. C’est pourquoi il est important de l’assaisonner avec des épices et des sauces au goût marqué. Très résistant à la chaleur, il se consomme aussi bien froid en salade de vermicelles, que dans une soupe bouillante (ramen) ou en nouilles sautées.

À mon avis

Quelle drôle de plante, dont le nom scientifique (amorphophallus) signifie « pénis informe » ! Quand on sait que cru, le konjac est toxique, et peut provoquer des empoisonnements s’il n’a pas été auparavant cuit et séché. Quand on sait encore, que les confiseries gélifiées à base de konjac sont désormais interdites aux USA et en Europe, après le décès de plusieurs enfants par suffocation, en raison de la consistance de ce produit. Quand on sait enfin, que la fleur dégage une forte odeur de viande en décomposition et que le konjac lui-même peut avoir une forte odeur de poisson… On apprécie pleinement le surnom asiatique de « langue du diable » donné à cette plante ! Mais le diable a de grands pouvoirs ! Aliment détox, le moins calorique de tous, le konjac est certainement promis à un bel avenir au sein de nos nourritures un peu trop riches.

Trend Produit par Rémy Lucas - Une idée extraite du Carnet d’Inspirations Culinaires CATE Marketing à retrouver dans le dernier France Snacking que vous pouvez feuilleter en ligne. 

Rémy Lucas Consultant, Cate Marketing
Commentaires (1)
Gravatar
Par Nhung de France-Konjac le 05/01/2024 à 10:04
Un bel article ! Bravo pour votre talent de synthèse car le konjac, on peut passer des journées à en discuter ! Belle année 2024!
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique