Wendy's
Communauté

De l’IA pour gérer en temps réel les tarifs affichés, Wendy’s va oser !

28 Février 2024 - 2575 vue(s)
A l’occasion de la présentation des résultats financiers du géant américain du burger, le PDG Krik Tanner a indiqué que la chaîne allait tester l’intégration de l’intelligence artificielle pour une tarification dynamique. Mauvaise idée ou, au contraire, nouvelle approche intelligente de création de trafic et de gestion de la promo ?

En voilà une stratégie qui pose questions, à l’heure où l’intelligence artificielle infuse progressivement, de nombreux secteurs. Le PDG de Wendy’s, Krik tanner, a évoqué que la chaîne mettrait en place, l’an prochain, de nouveaux menuboards dans le réseau dont l’affichage serait géré par IA. En bref, selon le jour, l’heure et l’affluence, les prix seraient différents. Le prix du burger serait donc plus ou moins cher, en fonction du moment de la journée et de la fréquentation. Calquée sur l’hôtellerie, la SNCF et sur l’aérien, cette technique de yield management est-elle adaptée au monde de la restauration ? A première vue, on pourrait en douter ! Mais à y regarder de plus près, l’idée n’est pas complètement dénuée de sens si, bien sûr, le tarif plafond reste celui habituellement pratiqué. Quoique ! Pour Nicolas Nouchi, du cabinet Strateg’eat, c’est complètement disruptif. « C’est ni plus ni moins une manière de rendre dynamiques et intelligentes les promotions », explique l’expert du secteur qui évoque un outil de création de trafic à des moments plus calmes mais ne croit pas à une inflation démesurée de prix qui serait contreproductive. Bernard Boutboul, de Gira, pour qui c’est une excellente idée, ne comprend pas pourquoi la restauration n’y a pas pensé plus tôt, alors que c’est une pratique courante dans d’autres secteurs du tourisme : « Cela permettrait d’inciter les clients à venir dans des moments creux ». Et pour l’observateur aguerri de la restauration, la technique devrait fonctionner à la baisse comme à la hausse d’un prix moyen. « Pourquoi les gens ne paieraient pas plus cher à un moment de très forte affluence comme le samedi soir à 21 h ou certains midis semaine ? ». Et le spécialiste de préciser qu'avec le yield management, il y aurait aussi des leviers pour la restauration avec service à table pour inciter les clients à venir plus tôt ou beaucoup plus tard en soirée... Pour Michael Ballay, directeur associé au cabinet Food Service Vision, le yield management est pertinent s'il s'agisse de développer des nouveaux moments de consommation via des offres attractives, comme les happy hours digitalisées, ou lutter contre le gaspillage. En revanche, il juge cela contre cyclique s'il s'agit de vendre plus cher aux heures de pointe alors que des acteurs comme Marie Blachère, dernièrement, mais aussi tous les acteurs de la restauration rapide travaillent sur des offres accessibles pour booster la fréquentation.

Pousser les ventes additionnelles

Autre précision du PDG de Wendy’s :  le tableau d’affichage suggèrerait aussi aux clients des produits complémentaires à chaque commande, histoire de pousser la vente additionnelle. Ce qui, soit dit en passant, est exactement ce que font aujourd’hui les bornes de commandes qui fleurissent un peu partout en restauration rapide et permettent, le reconnaissent la plupart des opérateurs, à la fois à booster le panier moyen mais aussi à faire des économies de main d’œuvre. Quant à la promo dynamique, là aussi il suffit d'observer ce que font les plateformes de livraison ou des outils tels que Flynt (sur les plateformes également), pour booster le trafic ou l'orienter... Et ça fonctionne. A voir ce que donnera l'expérience et, en même temps, quand arrivera Wendy's en France, s'il vient. 

 

 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique