Exki Stan Monheim
Communauté

Stan Monheim, un nouveau CEO pour Exki qui reprend un développement ambitieux en France

25 Mars 2024 - 1822 vue(s)
Toujours actionnaire et au conseil d’administration aux côtés des deux family offices de la chaîne belge qu’il a cofondée, Frédéric Rouvez vient de nommer un CEO, en la personne de Stan Monheim. Le nouveau patron d'Exki, au parcours solide en travel retail chez Autogrill, a été séduit par les valeurs uniques de cette marque qui reprend un développement actif notamment en France avec 5 ouvertures dans les tuyaux.

C’est aux commandes d’une chaîne en plein redéploiement que Stan Monheim vient d’être nommé en tant que CEO pour prendre le fauteuil de Frédéric Rouvez, l'un des cofondateurs. Après 24 années passées dans le groupe Autogrill, dont 6 ans à la direction restauration puis à la direction Europe, après 10 ans à la direction des ventes et des opérations du spécialiste de travel retail, le nouveau capitaine de la célèbre marque healthy devra conduire aux destinées d'Exki et de la reprise du développement de la marque quelque peu chahutée par les années Covid et qui a terminé l'année 2023 avec 77 restaurants et 119,5 M€ (dont 29 en France pour 62,78 M€ de CA). Pour Frédéric Rouvez, membre du conseil d'administration qui répond à snacking.fr : « Il est la personne idéale pour poursuivre notre aventure et développer Exki,  avec son grand bagage international et sa conviction dans nos valeurs. Il connaît bien notre concept pour l’avoir opéré et apprécié pendant 10 ans en tant que franchisé et dirigeant d’Autogrill. C’est un entrepreneur et un stratège qui privilégie l’aspect humain ».

Un redémarrage fort en France

Pour Stan Monheim, qui se donne quelques semaines pour affiner sa stratégie et la présenter, Exki est une marque aux valeurs très fortes, qu’il partage avec conviction. « Une entreprise à taille humaine et très engagée dans le bon et le sain ». Ce qui ne l’a pas épargnée pendant le Covid avec des impacts très lourds et des sacrifices indispensables, explique Frédéric Rouvez. « Pendant et après la crise, les actionnaires ont continué à soutenir Exki et ont mis la main au portefeuille pour augmenter son capital de façon significative. Après le Covid, c’est la guerre en Ukraine, l’inflation énorme des matières premières, des loyers, des coûts de l’énergie et des salaires ; nous avons agi, restructuré nos activités et fermé l’Italie et l’Espagne pour concentrer nos ressources là où c’était nécessaire. Au total, ce sont 30 restaurants qui ont fermé pour ne pas rouvrir. Les frais généraux ont été réduits en conséquence. La période difficile de la crise est désormais derrière nous ».  La marque belge peut se satisfaire, à présent, d’avoir retrouvé la voie de la croissance et de dégager de nouveau un cash-flow récurrent positif. Le concept, qui fait l’objet d’un lifting d’envergure, initié à Paris, est en cours de déploiement. Sur ces nouvelles bases, Exki ouvre d’ailleurs 5 nouveaux restaurants ce mois-ci en France. Frédéric Rouvez évoque l’implantation à la gare de Metz, sur l’aire des Volcans d’Auvergne le long de l’A71, à la gare de l’Est à Paris et à l’aéroport de Marseille et un Exki tout neuf à la Gare du Midi à Bruxelles) ainsi qu’un plus petit concept propre aux bureaux, sorte de “proxi Exki” à Marseille dans les bureaux de la CMA-CGM, à la Tour Alto de la Défense, dans les bureaux de Thales à Cholet, dans le 9e dans le bâtiment Verso, et suite au succès du premier, un deuxième proxi Exki, chez LVMH. En même temps, Exki opère un total relooking de l’unité du shopping de Westland. Et comme de nombreuses enseignes, elle participe à un très gros appel d’offres pour les aéroports de Paris (Orly et Roissy) dont les résultats sont attendus dans les prochaines semaines.

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique