Pokawa. Cap sur la franchise, les centres commerciaux et la province!
Communauté 4

Pokawa. Cap sur la franchise, les centres commerciaux et la province!

19 Avril 2019 - 1994 vue(s)
Tout en inaugurant son 11e point de vente, rue Montorgueil à Paris, Pokawa se prépare à une actualité chargée avec plus d’une dizaine d’adresses supplémentaires prévues en 2019. Au programme : le lancement des 3 premières franchises, le développement en province, l’arrivée de la marque dans les deux grands centres commerciaux Val d’Europe et Carré Sénart et l’installation dans un hôtel à Paris.

Avec des restaurants qui réalisent entre 1 et 2 M€ de chiffre d’affaires pour un investissement de l’ordre de 80 à 100 K€ hors foncier, la modèle Pokawa apparaît comme un modèle gagnant sur une thématique qu’il a contribué à installer : le Poké bowl hawaïen. Lancée en 2017, la petite chaîne fondée par Samuel Carré et Maxime Buhler vient d’ouvrir son 11e point de vente, rue Montorgueil (si l’on compte ses deux cuisines partagées dont l’une avec UberEats). « La marque plaît aux Français aussi bien dans sa version physique de points de vente qu’en livraison qui représente 60 % de notre activité. Un chiffres d’affaires qui s’est élevé à près de 5 M€ l’an dernier et devrait dépasser les 20 M€ fin 2019 avec toutes les unités en cours d’ouverture», indique, Maxime. Le poké bowl est dans l’air du temps et Pokawa veut être de ceux qui drivent un marché disputé, où beaucoup d’indépendants s’agitent mais où tout le monde ne trouvera pas sa place.

pokawa-poke-bowl

Une implantation dans un club de sport et dans un hôtel Mercure

Née à Paris, rue Poissonnière, la chaîne surfe sur un succès qui repose sur un modèle simple : des « bowls » généreux et fabriqués à la commande à base de riz vinaigré, quinoa, carottes, edamame, concombre, radis, choux rouge sur lesquels le client ajoute une protéine au choix (saumon, thon, falafel, poulet, crevette...), des fruits, de l’avocat, des graines... Sur les 18 derniers mois, la chaîne a multiplié les implantations à Paris puis à Nantes en octobre 2018. Et sur le seul mois d’avril, 3 unités ont ouvert leurs portes entre Paris et Nice. Déjà au sein du Club Med Gym de Boursault (Paris-17e) à travers une version adaptée du concept baptisée Healthy by Pokawa. L’offre sucrée et vitaminée y est plus musclée pour convenir aux sportifs autour des bols sucrés, des acaï bowls, granola bowls, avocado toast… « Elle nous a beaucoup inspirés et sera dorénavant proposée dans les points de vente qui fonctionnent toute la journée, sur tous les instants de consommation comme les futurs centres commerciaux ». La 2e unité en province a ouvert dans la foulée à Nice place Garibaldi (après Nantes en octobre 2018), suivie le 18 avril de celle de la rue Montorgueil avec une nouvelle décoration encore plus identitaire. Une cabane de plage en bois coiffe le comptoir et un parterre végétalisé recouvre la terrasse. Autre développement en cours, l’installation d’un Pokawa dans l’hôtel Mercure Paris-Bercy-Bibliothèque à Paris 13e, au sein de l’hôtel Mercure en lieu et place de l’ancien restaurant.  

« Après un test d’un mois en marque virtuelle avec de très bons résultats, nous allons nous installer en dur dans l'hôtel, début mai avec nos propres codes et notre décoration ».

Enfin, l’autre grand défi de la marque sera le lancement des premières franchises signées à Clermont-Ferrand, Rueil Malmaison mais aussi dans les centres commerciaux de Carré Sénart et Val d’Europe, des grands porteurs où la marque devrait affoler les compteurs à l’image de son point de vente de Paris 17 qui réalise plus de 2 M€ de CA annuel.  

25 points de vente fin d’année

« Côté ouvertures, ça va vite, très vite », reconnaît Alexandre qui compte bien garder son avance sur les quelques autres réseaux émergeants. Sa stratégie : monter encore davantage en qualité en misant sur plus de bio, le végétal, le sourcing et les innovations. « Sur un marché très concurrentiel, nous sommes et de loin, la première chaîne et nos unités sont très rentables » explique le cofondateur de Pokawa qui, avec son associé, ont autofinancé ses 7 premiers points de vente et devraient accueillir prochainement à leur capital, des business angels. L’idée est maintenant d’accroître ses moyens pour accompagner un développement en France comme à l’étranger, à commencer par Londres où la chaîne a des visées. En France, les autres prévisions d’ouvertures couvrent les villes de Bordeaux, Aix-en-Provence, Lille, Marseille, Montpellier et Toulouse… « Notre concept comme notre modèle plaisent avec un ticket à l’entrée e 25 k€, 4+2 % de royalties et un investissement moyen de 1 200 €/m² », explique Maxime qui compte bien améliorer de plus de 30 % son ticket moyen qui tutoie aujourd’hui les 14 € avec la généralisation de la nouvelle offre sucrée.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique