Island Poké
Communauté 4

Island Poké prend la vague du poke bowl et programme 8 ouvertures sur 2020

12 Juin 2020 - 1578 vue(s)
Face à une tendance poke bowl qui ne se dément pas, le britannique Island Poké a bien l’intention de surfer sur cette thématique et de s’imposer comme un challenger sérieux. Son masterfranchisé pour la France, Arthur de Saint Mars vient d’ouvrir sa première unité à Paris ; 7 autres sont dans les tuyaux pour 2020 et 40 espérées à 4 ans.

Alors que le pionnier du poké bowl Pokawa surfe avec réussite (24 unités à fin juin et près d’une dizaine de franchises prévues pour 2020), sur la vague d’un segment qu’il a installé, il devra sans doute compter avec un nouveau challenger sérieux, Island Poké qui vient de faire son entrée sur le marché français avec de belles ambitions et un programme d’ouvertures déjà bien rempli. Tout droit venue de Londres où elle compte déjà 8 points de vente qui réalisent de très belles performances, la marque créée en 2015 par James Porter (d’abord en format food truck puis en dur à Soho en 2016), accompagnée du fonds d’investissement White Rabbit de Chris Miller, vient en effet de poser pavillon cette semaine à Paris, au 33, place du Marché Saint Honoré à Paris. Aux commandes de cette nouvelle aventure, un groupe d’investisseurs constitué autour d’Arthur de Saint Mars qui a signé la master franchise pour la France, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse. Une première implantation à valeur de vitrine qui pose avec élégance et détermination, la force du concept. « La marque porte des valeurs puissantes en termes de créativité, d’expérience client et d’engagement environnemental », explique Arthur de Saint Mars qui souligne un sourcing qui se voudra toujours plus local et durable mais aussi une gamme de vaisselle à usage unique en bagasse, compostable et biodégradable pour les bols et en bois pour les couverts.

Island Poké Arthur de Saint Mars

Arthur de Saint Mars a signé la masterfranchise de Island Poké aux côtés d'investisseurs privés pour la France, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg.

6 recettes signatures, une Edition limitée mensuelle et du sur mesure

Avec 30 m² de surface commerciale (100 m² au total dont un espace en sous sol pour la fabrication dédiée uniquement à la livraison), 12 places intérieures et 30 en terrasse, le premier exemplaire parisien (270 K€ d’investissement) a pu déployer, sur un espace réduit, les codes de l’enseigne aux côtés du cabinet d’architecture intérieure CINQTROIS. Une ambiance à la fois léchée, élégante et « peps », en miroir au positionnement de la marque avec des matériaux qui alternent entre la faïence, le bois brut des lambris et le métal de la menuiserie aux accents un peu britishs. Les vagues et la nuance du bleu qui habillent la vitrine et le cadre intéreiur font écho au "thon" de la marque. Côté bowl », si l’offre reprend quelques classiques du poke bowl venu d’Hawaï où le fondateur a pu séjourner, son horizon se veut beaucoup plus ouvert à toutes les inspirations des cuisines du monde. Un positionnement souhaité par James Porter qui multiplie les collaborations avec des chefs internationaux.

A côté du bol du mois, et des 6 recettes signatures, proposés à partir de 9,90 € en format médium et 12,90 € en version large (10,90 et 13,90 € pour l’Edition limitée), les clients peuvent aussi composer leur propre recette. Outre la taille du bol, le choix est possible pour la base, servie tiède, entre du riz sushi, du riz brun, de la mâche, des nouilles ou du quinoa bio (+ 1 €), à laquelle s’ajoute une protéine qui peut être du thon Ahi, du saumon, du poulet miso, du tofu fumé, le tout associé à des sauces maison. Puis s’ajoute des toppings parmi 9 ingrédients dont l’ananas épicé, la mangue ou l’edamame bien sûr mais aussi, des aubergines cajou, du wakame, du kimchi... Un twist vient terminer l’ensemble parmi 10 propositions dont du gingembre mariné, des flocons de bonite, des algues nori, des petits pois wasabi… « Notre offre se veut ouverte et généreuse à partir de produits frais fabriqués pour certains dans notre laboratoire situé en région parisienne, pour les autres tel le guacamole frais, sur place ». Après quelques jours d’exploitation, déjà le ticket moyen frôle les 13 euros alors que la livraison ne débute qu’à partir du 15 juin, via une opération spéciale menée avec Uber Eats, pour commencer.

Au 10e poké commandé, il est offert en gage de fidélié et toute l'équipe salue l'heureux client en faisant tinter une cloche ! 

Island Poke

Aloha service et l’ambiance avant tout

Si Island Poké veut faire la différence à travers l’offre, elle mise tout autant sur l’ambiance qui est l’une de ses marques de fabrique. Si la période, distanciation oblige, rend plus difficile cette proximité voulue et entretenue par l’enseigne avec ses clients, pour autant c’est un vrai trait de caractère maison avec une programmation musicale et un volume sonore qui installent une vraie dynamique. Un mouvement d’entrainement sur lequel Island Poké compte bien s'animer puisque 5 projets de franchise sont aujourd’hui en travaux et programmés début juillet à Montpelier, début août à La Rochelle, début septembre à Rennes et le même mois, à Lyon sur plus de 160 m². Après le Marché Saint Honoré, un 2e restaurant succursaliste est aussi prévu à Neuilly, avenue Charles-de-Gaulle cette année et une première adresse signée pour Genève. Pour Arthur de Saint Mars, un ex-franchisé Sushi Shop qui a conservé dans le réseau, de nombreux contacts, les perspectives sont très encourageantes. Il vise 8 adresses en 2020 et un rythme d’une dizaine chaque année surtout en franchise partout en France puis en Suisse, Belgique et Luxembourg. 

Island Poké

Island Poké

De gauche à droite : Arthur de Saint Mars accompagné de ses associés Jade Xu et Edouard Chiffe (pour Paris). 

Consultez votre CookBook 50 signatures Snacking Gratuitement
Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique