pokawa maxime buhler snackingconnexion
Communauté 0

#snackingconnexion. Un 2e confinement sous le signe de la com. et de l'action pour Maxime Buhler de Pokawa

5 Novembre 2020 - 1809 vue(s)
Deux mois à peine après s’être adossée au fonds d’investissement Vendis Capital, la chaîne leader en France du poke bowl est prête à vivre un second confinement. Il faut dire qu’avec 30 restaurants au compteur, et 35 ouvertures visées d’ici juin 2021, Pokawa a très bien résisté au premier acte, renforçant même sa popularité. Son cofondateur, Maxime Buhler, entend bien poursuivre dans cette voie alors que l’enseigne multiplie les actions stratégiques ou solidaires. Actions auprès des soignants, lancement de cours de fitness pour la communauté mais aussi nouveaux programmes de fidélité et de communication sur les plateformes, les prochaines semaines seront décisives alors que l’enseigne devrait boucler l’année entre 18 à 20 M€ de CA contre 12,5 M€ l’an dernier.

Comment la chaîne est sortie du premier confinement et comment se porte-t-elle ?

Le premier épisode de confinement, qui est arrivé brutalement, nous a fortement challengés dans notre organisation. Mais une fois cette étape passée, nous avons su faire preuve de résilience et l’enseigne en est même ressortie renforcée. Notre force est de pouvoir nous appuyer sur un concept déjà largement tourné vers le digital, à la fois en click & collect et en livraison qui constitue l’ADN historique de l’enseigne. Nous n’avons alors fermé que quelques restaurants sur des zones déjà couvertes en livraison par d’autres unités. Ainsi, après une légère baisse de chiffre d’affaires en mars-avril, nous avions dès le mois de mai retrouvé nos niveaux d’avant crise avant une forte accélération depuis, preuve que nous avons gagné en notoriété. L’arrivée du fonds d’investissement Vendis Capital à nos côtés cet été, et qui doit nous permettre de poursuivre un développement ambitieux au cours des 4 années à venir, montre bien la faculté de Pokawa à surmonter ces épreuves. L’enseigne a ainsi inauguré une dizaine d’unités depuis le début de l’année pour atteindre les 30 restaurants, et pas moins de 35 ouvertures sont visées d’ici juin 2021.

Quelles actions avez-vous mises en place en priorité depuis les annonces gouvernementales ?

L’expérience du premier confinement nous permet d’être extrêmement réactifs, d’autant que nous avions pu cette fois anticiper l’éventualité de telles décisions. Les procédures de chômage partiel avaient été lancées dès la semaine précédente et nous avons réactivé nos actions auprès des hôpitaux afin de sauver les stocks. Nous allons poursuivre ces mesures de soutien aux blouses blanches dans les semaines à venir et les établissements hospitaliers peuvent dès à présent s’inscrire sur notre site ou via Instagram, avant de bénéficier de bowls gratuits pour leurs équipes. Par ailleurs, nous relançons cette semaine le Pokawa Fitness Club avec deux cours de sport proposés par semaine en live sur Instagram. Il s’agit de garder notre lien très fort avec la communauté Pokawa, sachant que les sportifs pourront bénéficier d’un code promo dévoilé spécifiquement en fin de séance. Enfin, nous lançons la V2 de notre application, intégrant le Click & Collect et un nouveau programme de fidélité. Celui-ci est extrêmement complet et s’inspire des programmes type American Express ou Uber Eats. D’un côté, une logique de statut (« Silver », « Gold » ou « Diamond ») délivrée en fonction de la fréquence de commande. Ce statut ouvre alors droit à des remises directes. De l’autre, la possibilité de bénéficier de crédits supplémentaires sur un « Poka wallet ». Par exemple, 52,50 € seront crédités pour 50 euros déposés sur ce portefeuille en ligne.

Quels autres leviers allez-vous activer dans les prochaines semaines ?

La quasi-totalité des restaurants Pokawa devrait rester ouverte et opérationnelle. Nous n’avons prévu d’en fermer que 2 ou 3 sur des zones tertiaires désertées du fait du télétravail et déjà couvertes en livraison par d’autres établissements. Les bornes de commande via tablettes Tabesto que nous avons généralisées à l'entrée des restaurants, doivent nous permettre de renforcer encore la vente à emporter tout en profitant d’un panier moyen optimisé. Nous actionnons également un plan média très important avec les plateformes afin de renforcer encore notre visibilité. Cela passera par des campagnes de communication couplées et le renforcement de l’intensité promotionnelle. La taille du réseau et sa popularité, alors que notre Poké Super Protéiné a été désigné comme le plat le plus livré au monde en 2019 par Deliveroo, nous permet d’être mis en avant et accompagnés par les plateformes, notamment lors de chaque ouverture. Ce fut le cas aussi récemment pour notre opération « octobre rose » qui a permis de verser plus de 3 000 euros de dons à l’association Geneticancer. Enfin, côté offres, nous renforçons nos propositions chaudes avec le lancement de nouvelles soupes maison et de 4 Hot Bowls à base de saumon cuit, poulet, fallafel ou gyoza.

[[NEWS 5195]]

D’autres évolutions sont-elles à venir dans la mutation du concept post-covid ?

Bien sûr, et nous entendons rester particulièrement actifs pour toujours conserver un temps d’avance et proposer de la nouveauté. Nous avons ainsi travaillé ces derniers mois à la proposition d’un poke « Made in France » en sélectionnant des produits sur le territoire (truite française, mâche nantaise, riz sauvage de Camargue…) pour un bilan carbone largement revu à la baisse. C’était une demande de nos clients, il leur sera donc proposé pendant un temps donné pour un prix entre 20 à 30 % plus cher qu’un poke classique. S’ils adhérent à la démarche, l’objectif est de décliner ensuite cette proposition sur plusieurs recettes. Parallèlement, nous poursuivons notre travail autour des emballages en étudiant la possibilité de solutions réutilisables. Des tests ont également été menés dans nos restaurants nantais pour la collecte et le traitement des déchets organiques et nous aimerions à terme, proposer ces solutions à l’échelle nationale, en mutualisant éventuellement avec d’autres enseignes. Enfin, le lancement d’une nouvelle marque virtuelle est prévu pour 2021. Plusieurs options sont encore possibles - marque tournée autour des produits 100 % végétariens, des sushi-burritos ou encore des poke chauds – avec une préparation qui se ferait dans les restaurants. Notre objectif reste d’atteindre les 100 adresses et 100 M€ de CA à horizon 2024.

 

 

 

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Jonathan Douay Rédacteur en chef adjoint France Snacking Suivez Jonathan Douay sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique