#Foodtech : on refait le pitch des 7 startups incubées à ToasterLab
Management & Franchise 6

#Foodtech : on refait le pitch des 7 startups incubées à ToasterLab

14 Décembre 2018 - 1375 vue(s)
Ce mardi 11 décembre, étaient réunies au Hub de la Bpifrance à Paris près de 200 personnes afin de profiter du Demo Day des 7 startups incubées par ToasterLab, l’incubateur de la foodtech porté par le pôle de compétitivité agroalimentaire Vitagora. Cette entrée en scène fut l’occasion de porter leur projet et de le présenter officiellement aux investisseurs et aux partenaires du pôle après 3 mois d’incubation. L’événement proposait, également, d’élire les heureux lauréats du premier Boomer Challenge, organisé en partenariat avec Mondelez International et de faire le point sur l’avancée de la foodtech en Europe en 2018, en compagnie de Digital FoodLab. Un programme chargé qu’il est bon de découvrir afin de nourrir demain !

Depuis 2016, il s’agit de la quatrième promotion du programme d’accélération ToasterLab : 25 startups de l’agroalimentaire ont été accompagnées par 60 mentors et experts. Elles intègrent un écosystème de 420 acteurs de la food à portée de main afin d’entrer en relation directe avec tous les membres de Vitagora, leurs premiers clients et partenaires. Elles bénéficient de 12 mois d’accompagnement dont les trois premiers sont consacrés à challenger leur business model, leur management, tenir compte de la réglementation, intégrer le marketing dans leur stratégie et ne rien laisser au hasard afin d’accélérer leur « time to market » en France comme à l’international.

« Les startups n’ont pas besoin de blabla. Elles ont besoin d’actions concrètes qui leur permettent de déployer, vite et bien, leur activité » explique Xavier Boidevizi, Vice-Président Digital Factory, Groupe Seb, en préambule.

Parmi les 7 startups sélectionnées, une est issue de Nouvelle Zélande. L’an passé, deux venaient de l’international, une ouverture que souhaite renforcer pour les promotions à venir Christophe Breuillet, Directeur Général de Vitagora, afin de connecter tous les réseaux à ce mouvement mondial qui est en marche et dont la France et l’Europe ne sont pas isolés.

  • Ceci est une pomme ! Startup NBread

    Ceci est une pomme ! Startup NBread

  • GreenSpot qui revalorise les déchets, en plein pitch de son projet

    GreenSpot qui revalorise les déchets, en plein pitch de son projet

  • Tartimouss! Béatrice Maire veut remettre la féverole au goût du jour

    Tartimouss! Béatrice Maire veut remettre la féverole au goût du jour

  • Max de Genie vainqueur du Boomer Challenge 2018

    Max de Genie vainqueur du Boomer Challenge 2018

 

NBread Process (Contres – 41) 

Ceci est une pomme ! précise Olivier Paurd avec provocation, lorsqu'il présente son procédé qui permet de recycler les déchets alimentaires et spécifiquement en agroalimentaire où ils sont nombreux.  NBread Process propose un procédé innovant et disruptif de transformation des aliments : il permet de retexturer en donnant l’aspect de la génoise ou d'une chips à tout aliment solide, tout en conservant le goût, la saveur initiale et les nutriments. Chips, pain brioché, tous les produits snacking peuvent ainsi être créés à partir de coproduits comme les fruits et les légumes trop mûrs mais aussi le pain rassis, les fromages…, permettant à l’entreprise utilisant sa technologie un accroissement de sa marge brute et un réel bénéfice sociétal. C’est au Royaume Uni qu’il faudra se rendre afin de déguster leur premier produit issu de leurs recherches et qui permet à l’entreprise de se rémunérer en déposant des licences brevetées.

Urbanleaf (Dijon – 21)

Avec UrbanLeaf, nous plongeons directement au cœur de l’agriculture urbaine. Imaginons des écoliers, des salariés, des restaurants, ces lieux de vie, où tout un chacun apprend à produire des fruits et des légumes et devenir des super éco-héros… Grâce à ses jardins cultivés en aquaponie, où plantes et poissons vivent en symbiose, les humains sont ainsi reconnectés au végétal pour un maximum de plaisir et de partage et peuvent ainsi déguster leur production d’une manière on ne peut plus locale ! Si à Berlin, à New York, on voit déjà apparaître certains restaurants qui mettent le végétal et leur propre production au cœur de leurs espaces, ce sera également le cas en France, au Mandarin Oriental où Thierry Marx y officie en qualité de Chef Exécutif… très bientôt…

RTech Group (Levernois – 21)

RTech Group développe la première plateforme Big Data, nommée BEE, sur l’ensemble de la chaîne de valeur agricole et agroalimentaire. BEE permet de renforcer le lien entre les cultivateurs, les transformateurs et les consommateurs en leur proposant une traçabilité complète directement visible sur l’étiquette grâce au digital. A terme, elle sera dotée d’outils logiques, sensibles au contexte et capables de prédire l’état des cultures et de fournir des recommandations afin d’optimiser la production et gagner un temps précieux. Ainsi, il est désormais possible de cultiver du vin en limitant au maximum les intrants chimiques, dont les sulfites, du secteur boissons vins et spiritueux et consommer le plus sainement possible.

Biotraq (Paris – 75)

25 % des pertes alimentaires ont lieu dans la Supply Chain avec des risques sanitaires importants et une perte de confiance dans les produits de la part des consommateurs. C'est fort de ce constat que Biotraq propose une nouvelle Supply Chain du froid, intelligente et intuitive, garantissant la qualité sanitaire des produits périssables et réduisant leurs pertes et les gaspillages évitablesSa plateforme d’aide à la décision, QualTrack, analyse les données de capteurs connectés (loT) qui suivent les produits, calcule l’impact des conditions de l’environnement logistique sur la qualité et propose des actions correctives aux opérateurs pour satisfaire leurs responsabilités contractuelles et règlementaires afin que la qualité des produits ne descende pas en dessous du niveau défini de manière prédictive grâce à l’intelligence artificielle. La startup vient d’être référencée par la plateforme FoodTrust d’IBM et c’est ainsi toute la chaîne logistique qui est concernée.

GreenSpot (Auckland  – Nouvelle-Zélande)

Green Spot propose de réaliser une gamme de farines réalisées à partir des 125 millions de tonnes de déchets végétaux jetés chaque année. Grâce à son procédé de fermentation unique, elle permet ainsi de revaloriser les déchets issus de l’industrie agroalimentaire, en France et à l’international. Un défi du secteur ! A partir des farines obtenues, l’objectif est de pouvoir les intégrer dans toute la filière pain et la pâtisserie, qu’il s’agisse de réaliser des pizzas, des pains spéciaux ou des biscuits, avec l’optique de retrouver ces coproduits prochainement dans l’industrie du snacking… Faibles en glucides, en matières grasses et en sucres, mais riches en protéines et en fibres, tous les ingrédients obtenus sont vegans, sans gluten, sans OGM et conservent vitamines et minéraux essentiels. 

Pour terminer, en partenariat avec Terres Univia et le GEPV, cette quatrième promotion intègre les deux gagnants du concours Prot’Eat qui valorise l’utilisation de légumineuses et de protéines végétales dans l’alimentation de demain. Voici leurs projets :

Tartimouss ! (Beuvraignes – 80)

Tartimouss ! a développé une pâte à tartiner saine et durable à haute valeur gustative, sans aucune matière grasse ajoutée et avec 2 fois moins de sucre que la célèbre marque référente. Son élément secret est la féverole, cette légumineuse cultivée en France et spécifiquement en Picardie, destinée à l’exportation sur le marché Egyptien. Outre l’industrialisation de son produit et sa mise sur le marché à grande échelle, Béatrice Maire, chocolatière autodidacte, entend bien encourager les agriculteurs à développer les vertus agronomiques de cette plante dont le marché s’est effondré ces dernières années faute de débouchés sur le marché national, et relancer sa culture en France grâce à son utilisation au travers de son produit. Un projet qui a particulièrement séduit Invivo Quest, également, devenu Coup de Cœur du jury le lendemain, et qui va ainsi bénéficier d’un accompagnement par l’Ecole Ferrandi afin de perfectionner sa recette…

Life Loving Foods (Paris – 75)

Life Loving Foods tient à entrer dans la foodculture des consommateurs les plus jeunes, friands de produits issus de la restauration rapide et qui souhaitent intégrer une restauration végane établie à partir de protéines végétales. Faciles à réaliser chez soi, Kebabs, currys, shawarmas, pitas, quesadillas, hot-dogs, poke bowls mais aussi des desserts sont ainsi réalisables à partir de produits déshydratés et prêts à l’emploi. Il ne reste plus qu’à les associer aux sauces et aux légumes de son choix à partir des recettes suggérées par la startup.  Pois chiche, lentilles, et tous les haricots sont ainsi utilisés afin d’établir des plats à partager tout en respectant la planète et réduire sa consommation de protéines animales et peut-être changer le monde en produisant moins de CO² ?

Les Lauréats du premier Boomer Challenge 2018 sont…

En 2050 en France, 1 personne sur 3 aura plus de 60 ans selon l’INSEE. Déjà, en 2016, presque 20 % des habitants de l’Union Européenne étaient âgés de 65 ans ou plus. Pourtant, leurs attentes dans l’alimentation sont rarement comblées : produits peu adaptés à leurs préférences organoleptiques, emballages difficiles à ouvrir, portions trop importantes, les besoins des seniors en termes d’alimentation évoluent, et il est aussi indispensable de combler leur perte musculaire et osseuse en l’enrichissant de protéines. Friands de nouveautés, les Seniors représentent un potentiel marché très pertinent pour l’innovation agroalimentaire. Les start-ups du monde entier l’ont bien compris, comme l’a démontré l’engouement autour du Boomer Challenge organisé en partenariat par Mondelez International et Vitagora qui souhaitent récompenser leurs (bonnes) initiatives. Au total, 42 dossiers de candidatures ont été déposés en l’espace d’un mois au Boomer Challenge, dont 60 % à l’international. Quatorze start-ups ont été invitées à pitcher leur innovation devant le jury final du concours, composé d’experts en alimentation des Seniors, en droit international, et en innovation. Les trois prix ont été attribués à :

1er Prix : MAX DE GÉNIE - www.maxdegenie.com  - France

Max de Génie offre des mélanges pâtissiers à faible indice glycémique, sans ingrédients raffinés et issus de l’agriculture biologique, pour permettre aux consommateurs de cuisiner des pâtisseries gourmandes et saines en moins de 5 minutes, riches en qualités nutritionnelles (moins de calories, moins de sucre, plus de protéines et plus de fibres). Outre les 6 000 € de cash price remporté, Max de Génie bénéficiera de l’accompagnement de ToasterLAB, le programme d’accélération de Vitagora.

 
Les trois lauréats en compagnie du jury du Boomer Challenge

« La start-up Max de Génie a une bonne connaissance des besoins du marché des Boomers, et elle apporte un nouveau souffle à la catégorie des mélanges pâtissiers », explique Gil Horsky, directeur de l’innovation monde chez Mondelez International et membre du jury du Boomer Challenge.

 

SECOND PRIX : CÉRÉLAB - www.cerelab.fr – France

CÉRÉLAB est un centre de recherche et développement dédié à la filière blé-farine-pain. Créé en 2007, CÉRÉLAB s’est spécialisé dans un savoir-faire dédié à la nutrition par les céréales : analyse et caractérisation des farines, développement de produits santé, etc. Dans le cadre d’un projet collaboratif, CÉRÉLAB a développé le premier complément alimentaire oral sous la forme d’un pain brioché destiné à lutter contre la malnutrition des Seniors, commercialisé par Nutrisens et élaboré en collaboration avec la Maison Pouilaillon. Ce pain est entièrement remboursé par la sécurité sociale et commercialisé en pharmacie depuis un mois !

TROISIEME PRIX : TROO FOODS LTD - www.eattroo.com – ROYAUME-UNI

TrooFoods Ltd est une société proposant des aliments à base de prébiotiques, bons pour le microbiote intestinal, dont la mission est d’inspirer les consommateurs de modifier leur régime alimentaire pour vivre mieux, plus longtemps, et en meilleure santé.

 

La France, « the new place to be » pour la Foodtech en Europe ?

Matthieu Vincent, cofondateur de DigitalFoodLab, avait fait le déplacement afin de présenter le tout dernier rapport « Quelles Perspectives pour la FoodTech Française en Europe ? » établi en partenariat avec Vitagora, la CCI de Paris Ile-de-France, Eutopia et Sopexa. La France n'était que le quatrième pays en termes d'investissements en 2017 assez loin derrière le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas. Cette année, alors que les investissements ont augmenté en France, ils ont fortement ralenti au Royaume-Uni et en Allemagne et, bonne nouvelle, tous les indicateurs montrent que la France sera le numéro 1 en Europe en termes d’investissements en 2018. Avec 216 millions d'euros cumulés, les startups françaises de FoodTech ont amassé beaucoup plus d'argent qu'en 2017.

Et Paris est un synonyme de l’écosystème agroalimentaire français : ses startups ont reçu plus de 70 % des fonds répartis sur le territoire ! Si les startups Delivery & Retail (Deliveroo, Hello Fresh et Delivery Hero) représentent plus de 80 % des investissements en Europe, elles sont moins importantes en France qui présente une répartition plus homogène axée sur le développement de la connaissance de la data et de l’intelligence artificielle, même s’il reste très difficile dans notre pays de lever de petits deals alors que c’est chose plus aisée dans les autres pays européens.

Matthieu Vincent termine son intervention en précisant que l’écosystème de la foodtech Européen est en pleine structuration et montre un intérêt croissant des grands groupes, bien qu’il n’exite pas vraiment de Foodtech européenne commune au sens politique et économique, et que chaque pays développe ainsi ses solutions en fonction de ses usages et de sa réglementation…

« A la différence d’une entreprise traditionnelle, une startup voit sa croissance multipliée par 12 d’une année à l’autre. Ce qui l’oblige à être agile et à revoir son business model en permanence » Matthieu Vincent, co-fondateur de DigitalFoodLab.

____________________________________________________________________________

Pour « mieux nourrir demain », ne serait-ce, finalement, pas tout l’objectif de la foodtech ? Il en a été bien souvent question quand les startupers ont identifié les problématiques auxquelles leurs solutions sont en mesure de répondre. Revaloriser les déchets alimentaires, développer des protéines alternatives, sécuriser son capital santé, tout cela grâce à une bonne pincée de digital… En 2050, nous serons environ 9.8 milliards d’habitants sur terre et l’humanité est aujourd’hui face au défi de pouvoir se nourrir tout en préservant l’écosystème de la planète et ses ressources… A méditer !

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année en compagnie de vos proches, de vos collègues et de vos clients et vous disons à très vite pour débuter 2019 ensemble ! Merci de votre fidélité !

Crédits photos : Vitagora - DigitalFoodLab - DR.

#InSnackingWeTrust !

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Le Congrès du Snacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique