Coronavirus chômage partiel et prise en charge du report des loyers en snacking
Management & Franchise 30

Chômage partiel, attention danger ! La restauration rapide pourrait être exclue du dispositif

21 Mars 2020 - 89207 vue(s)
Alors que le gouvernement a tout fait pour se montrer rassurant vis-à-vis des entreprises à coup d’annonces fortes, des inquiétudes sérieuses commencent à se faire jour dans la branche. La restauration rapide faisant partie des commerces prioritaires de catégorie N autorisés à ouvrir en VAE et livraison, ne bénéficierait pas de chômage partiel et des mesures de report des charges. Les réponses apportées sont loin d'être claires.

Une semaine après les annonces « rassurantes » de nos gouvernants pour les entreprises et le confinement imposé à une grande partie de la population, les doutes se sont multipliés ces tous derniers jours sur l’ouverture du droit au chômage partiel pour les salariés de la restauration rapide et des réseaux boulangers et du report des charges. La raison : en tant que commerces de catégorie N autorisés à opérer la vente à emporter et la livraison, ils devraient assurer leurs obligations comme les commerces alimentaires qui ne peuvent invoquer le principe de précaution.

 

Des réponses trop floues sur le contexte juridique et social en restauration rapide

Des injonctions contradictoires se font entendre alors que les instances représentatives nous confirment être montées au créneau en soulignant l’incapacité, dans bien des cas, d’assurer leur activité au regard des règles de confinement, de l’absence de personnel disponible et l’impossibilité de respecter les règles d’hygiène requises. Pour autant, les questions se multiplient et les enseignes qui ont baissé le rideau, et elles sont nombreuses, craignent une double peine : d’une part celle de l’obligation de fermer par manque de personnel et de clients avec absence de chiffre d’affaires et, d’autre part, l’obligation de payer les charges sans mesure d’aides alors que la plupart des entreprises seront soutenues. Plusieurs d’entre elles indiquent qu’elles n’auraient pas reçu d’assurances fermes et claires de leurs instances représentatives quand à la possibilité de bénéficier des mesures de soutien aux entreprises. A certains commerces qui entrent dans la catégorie N, une CCI régionale a même confirmé qu’ils se devaient de rester ouverts. Sur le site de la GGTA-FO, on craint un rétropédalage du gouvernement sur les dispositions de chômage partiel et son application dans le domaine de la restauration rapide.  « Une telle décision mettrait en danger tout un secteur et ses 200 000 salariés qui pourraient se retrouver sans aucun revenu ou tout simplement licenciés, car légitimement, ils ne prendront pas le risque de venir travailler. Cela s’ajoute à la catastrophe économique en cours avec des milliers de restaurants qui vont probablement mettre la clé sous la porte ».

Dans un contexte de confinement qui se durcit dans les mesures et la durée, des éclaircissements rapides sont nécessaires. Faut-il rouvrir ? Doit-on contraindre le personnel à venir travailler ? Si oui, sous quelles conditions et de quelle manière ? Comment je fais si mon commerce se situe dans un centre commercial fermé ? De nombreuses questions qui appellent des réponses claires et très rapides…   

[[ NEWS 4676]]

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (4)
Gravatar
Par Rvs le 22/03/2020 à 18:19
Je ne vois pas comment je pourrais faire pour continuer a travailler avec mon food truck , je n ai plus 1 client, mon emplacement se trouve dans 1 zone industrielle ????????????. Et vu la difficulté d avoir 1 emplacement....J( je sais de quoi je parle )et ne vois pas comment faire autrement que je FERMER!!!!
Gravatar
Par Veronne le 23/03/2020 à 00:22
Ma fille travail a gur kebab mais ils on fermé a cause du confinement,est ce qu elle sera payé et par qui? Patron ou autre??
Gravatar
Par Paul FEDELE le 23/03/2020 à 07:07
Bonjour "Veronne". Normalement en cas de fermeture consécutive au confinement et suite aux déclarations du gouvernement, les employeurs sont tenus de verser les salaires en fin de mois. Pour autant, les restaurateurs attendent plusieurs éclaircissements des pouvoirs publics qui devraient arriver en début de semaine
Gravatar
Par Julo le 27/03/2020 à 14:18
Je suis dans la même situation. Emplacement à ce mon food truck dans des zone tertiaire donc quasi 100% de télé travail. Impossible de rester ouvert. Mes salariés serons ils prient en charge par l'activité partielle ?
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique