Elior philippe Guillemot restauration collective covid-19 coronavirus
Management & Franchise 1

Elior, fortement impacté par la crise, veut rebondir

27 Mai 2020 - 3103 vue(s)
Fortement pénalisé par l’apparition du Covid-19, le groupe mondial spécialiste de la restauration et des services a enregistré une baisse de sa croissance organique de l’ordre de 6,2 % sur le premier semestre 2019-2020, clos au 31 mars dernier. En France, où vient s’ajouter l’impact des grèves de l’hiver, le recul est encore plus net (- 6,6 %). Et l’on annonce déjà un bilan beaucoup plus lourd pour le second semestre alors que le Groupe entend accélérer sa transition digitale pour gagner en agilité.

Jusqu'à l'apparition de l’épidémie de Covid-19, les voyants étaient au vert pour Elior, qui était en bonne voie pour réaliser ses objectifs de l’exercice 2019-2020 en termes de croissance organique, marge d'Ebita ajusté et Free Cash-Flow opérationnel, et ce malgré l’impact des grèves générales en France au tournant de l’hiver. Mais cette crise sans précédent a bousculé toutes les certitudes et l’impact sur les performances du groupe sera au final très lourd alors que le chiffre de – 30 % sur l’Ebitda est d’ores et déjà avancé sur l'ensemble de l'exercice fiscal. « Après un bon début d'année, notre activité a été fortement perturbée au cours du mois de mars en raison des mesures de confinement déployées dans tous les pays où nous opérons et de la montée en puissance du télétravail qui ont fortement impacté nos secteurs Enseignement et Entreprises », a ainsi déclaré Philippe Guillemot, le directeur général du groupe qui rappelle notamment les contrats significatifs signés en restauration collective et services sur la période (en France, le siège social de Carrefour, l’Hôpital Saint Camille ou le Syndicat Mixte de la cuisine centrale du Lézignanais). « Dans ce contexte, je tiens à rendre hommage et à remercier nos équipes pour l’engagement exceptionnel dont elles ont fait preuve. Nous avons mis en place, et nous continuerons à le faire, des mesures visant à assurer la continuité des activités de nos clients, avec une vision de long terme qui nous garantit que nous sortirons bien positionnés de cette crise pour préparer l’avenir », a-t-il précisé. 25 000 collaborateurs d'Elior sont ainsi mobilisés dans les hôpitaux, les cliniques, les maisons de retraite, les centres accueillant des personnes atteintes de handicaps, ou aux côtés des personnes âgées isolées, des personnels soignants et des forces vives (armée, police, pompiers) en s’appuyant notamment sur les cuisines centrales du Groupe.

Un secteur Enseignement et Entreprises fortement touché

« Face à cette situation sans précédent, nous avons réagi rapidement pour nous adapter à cette nouvelle réalité. La première priorité d'Elior est de protéger la santé et la sécurité de ses collaborateurs, de ses clients et de ses convives. Elior s’est également immédiatement mobilisé pour préserver sa flexibilité financière et maintenir une stricte discipline dans la gestion de ses coûts, tout en continuant à soutenir ses clients », poursuit Philippe Guillemot. En attendant de dresser un bilan plus complet, le groupe a présenté ses résultats financiers préliminaires pour le premier semestre de son exercice fiscal 2019-2020, clos au 31 mars 2020. Avec 2,459 md€ de chiffre d’affaires réalisé, la baisse de la croissance organique était alors de 6,2 % pour un Ebitda ajusté à 51 M€ (contre 122 M€ sur la période l’an dernier). L’impact du Covid-19 sur ses résultats est estimé à 157 M€ sur le CA et environ 70 M€ sur l’Ebitda ajusté. La fermeture rapide des écoles et des entreprises non essentielles, ainsi que la généralisation du télétravail ont en effet eu un impact négatif immédiat en mars dans les pays où le groupe opère. Ainsi, en France, le chiffre d’affaires s’élève à 1 086 millions d’euros. La croissance organique est de - 6,6 %. En excluant les 11 millions d’euros dus aux grèves et les 81 millions d’euros liés à la pandémie de COVID-19, la croissance organique estimée aurait été de 1,3 %. « En France, la discipline opérationnelle accrue et la plus grande sélectivité commerciale de l’équipe de direction ont contribué à compenser l’impact des grèves générales en France, mais les mesures de confinement liées au COVID-19 ont fortement impacté l’activité », précise-t-on du côté du groupe. Le segment Santé a ainsi été le moins affecté, malgré la fermeture des cafétérias dans les hôpitaux et, pour Elior Services, la fermeture d’hôtels et de sites de loisirs. Le secteur Enseignement et Entreprises a, quant à lui, subi la crise de plein fouet tandis que le segment « Corporate et autres", qui comprend les activités résiduelles de concession non cédées avec Areas, a généré un chiffre d’affaires de près de 6 M€ au premier semestre 2019- 2020, en baisse par rapport au premier semestre de l’année précédente.

« Dans le cadre d’une reprise d’activité qui s’annonce très progressive dans les écoles et les entreprises, Elior est particulièrement attentif à calibrer son organisation et ses prestations de restauration ou de services pour préserver l’équilibre économique indispensable à la rentabilité de l’entreprise », explique Philippe Guillemot, le directeur général du Groupe Elior

Gagner en agilité et innover pour la reprise

Cette reprise du secteur dépendra bien sûr des décisions gouvernementales concernant la réouverture des écoles et le retour des salariés dans les sites tertiaires et industriels à la fin du confinement, dans les pays où le groupe est présent. Mais le groupe s’attend donc logiquement à ce qu’elle soit graduée. Sur la base de toutes les variables connues à l'heure actuelle, il planifie ses décisions selon un certain nombre de prospectives. Le segment Entreprises et Industrie, d’abord, devrait enregistrer le niveau d'activité le plus bas en avril et mai avant de se redresser très progressivement de juin à septembre. Du côté de l'Enseignement, on s’attend à un niveau faible d’activité jusqu'à la rentrée scolaire de septembre, sachant que le niveau est déjà historiquement faible durant l’été. Enfin, si le segment Santé a été le plus résilient, tant dans la restauration collective que dans les services, il a néanmoins été touché. Notamment en Europe, avec le report d’opérations chirurgicales non critiques à des dates postérieures à la pandémie. Toutefois, à mesure que la pandémie s’atténuera, l'activité devrait s'améliorer progressivement selon les projections du Groupe. « Dans ce contexte inédit, tout en capitalisant sur son expertise en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire, le Groupe mise aussi sur l’agilité et l’innovation, notamment en accélérant sa transformation digitale ». Elior voit en effet dans cette crise du Covid-19 une opportunité d'accélérer significativement le développement de nouvelles offres. Par exemple : des solutions numériques telles que "click and collect" et "click and delivery to the desk" qui seront mises en œuvre dès le redémarrage des sites Enseignement et Entreprises en particulier. Enfin, Elior entend « rester solide sur ses fondamentaux et fidèle à sa mission : gagner chaque jour la confiance de ses convives en leur garantissant une alimentation saine, équilibrée et respectueuse de l’environnement », a ainsi conclu le directeur général du Groupe.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique