deliveroo just eat uber eats livraison reconfinement
Tendances 1

#snackingconnexion. Deliveroo, Just Eat et Uber Eats aux abonnés présents pour la livraison

30 Octobre 2020 - 3163 vue(s)
Privés de clients sur place, les restaurateurs qui le peuvent vont tout faire pour miser sur la livraison, la VAE et le click & collect. Les principaux agrégateurs ne s’y sont pas trompés, chacun affûte ses armes pour répondre à un marché demandeur côté professionnels et client.

C’est à 21 h hier soir que tous les restaurateurs de l’Hexagone ont dû fermer leurs portes. Celles-ci ne rouvriront pas avant le 1er décembre avec l’espoir que ces mesures drastiques, qui viennent fragiliser l’activité d’un secteur déjà lourdement impacté par le premier épisode du confinement et les couvre-feux, permettent de casser durablement la courbe de diffusion de la pandémie. Pour tenter de se sortir du marasme, la restauration hors-domicile pourra une nouvelle fois tenter de s’appuyer sur les activités qui, elles, restent autorisées : vente à emporter, click & collect mais aussi la livraison, dont la pratique s’est largement démocratisée depuis le premier semestre. Une récente étude réalisée par l’IFOP pour Just Eat faisait d’ailleurs état de cet intérêt de plus en plus marqué des établissements pour la restauration livrée. Au global, près de la moitié des restaurateurs français estiment, en effet, que cette pratique consituera un modèle pour l’avenir. Et ce ratio monte même à 72 % chez les restaurateurs pratiquant la livraison depuis plus de 6 mois et 66 % chez ceux s’étant convertis depuis le mois de mars dernier. Le phénomène s’annonce donc durable et la pratique en passe de rentrer dans les mœurs…

Des plans de soutien activés

Conscients de l’enjeu que représente ce reconfinement pour apporter leur aide aux restaurateurs et les fidéliser à long terme, les principaux agrégateurs que sont Deliveroo, Just Eat ou Uber Eats se sont déjà mis en ordre de marche pour mettre en place de nouveaux plans de soutiens à des restaurateurs dont la livraison constituera souvent l’essentiel des revenus des prochaines semaines. « 2020 a été une année extrêmement difficile pour le secteur de l'hôtellerie-restauration avec des fermetures obligatoires et des restrictions sur les heures d'ouverture et de fermeture qui continuent d'être appliquées en France. Nous voulons faire notre part pour soutenir ces entreprises pendant la crise, "c'est pourquoi nous lançons un nouveau plan de mesures de soutien en France », explique Jérôme Gavin, membre du comité exécutif en charge de l'international chez Just Eat Takeaway.com, où l’on indique vouloir « apporter un soutien immédiat aux restaurants les plus à risque". La plateforme a d'ailleurs doublé les effectifs de son équipe commerciale pour démultiplier le nombre de restaurants affiliés. Concrètement, le plan d’actions prévoit une réduction de 25 % sur la commission de tous les restaurants Delivery présents sur la plateforme Just Eat, la suppression de la commission pour tous les nouveaux restaurants indépendants entrants et la suppression de commissions sur les commandes à emporter. Des mesures qui s’appliquent à compter d’aujourd’hui et pour une durée de 30 jours à partir du moment où le restaurant devient actif sur la plateforme. Il faut ajouter à cela la suppression des frais d’abonnement et de gestion aux nouveaux restaurants partenaires, déjà en vigueur depuis septembre.

Se faire livrer partout, à toute heure, et à moindre coût...

Du côté du géant Deliveroo, les dernières semaines avaient déjà été très actives afin d’offrir de nouvelles sources de chiffre d’affaires aux professionnels de la restauration. Il y a moins d’un mois, la plateforme d’origine britannique lançait à Paris un service de livraison « H24 » en partenariat avec une centaine de restaurants et permettant aux clients de se faire livrer à toute heure du jour et de la nuit. Ce service vient tout juste d’être étendu aux villes de Lyon, Bordeaux, Toulouse et Marseille depuis ce 28 octobre. Pour inciter toujours plus de convives à se convertir, Deliveroo entend bien renforcer l’intensité promotionnelle : gratuité des livraisons pendant deux semaines pour tout nouveau client, gratuité des livraisons pour les paiements via titres restaurant (65 % de l’offre disponible sur la plateforme est aujourd’hui payable par ce biais en collaboration avec Edenred, Sodexo et Swile) ou encore abonnement à Deliveroo Plus à seulement 1 euro par mois.

« L'abonnement Deliveroo Plus donne droit à toutes les livraisons gratuites sur toutes les commandes avec un minimum d'achat de 12 euros. Cette promotion est en place depuis le 8 octobre et jusqu'à la fin de l'année », précise ainsi Damien Steffan, Head of Corporate Communications de Deliveroo pour la France.

Damien Steffan rappelle également la possibilité pour les clients d’apporter leur contribution financière à la sauvegarde des restaurateurs malmenés par cette crise en arrondissant leur facture à l’euro supérieur au bénéfice des indépendants. « C'est une fonctionnalité qu'on avait mise en place en juin et qu'on a décidé de maintenir active car elle rencontre un grand succès : plus de 210 000 euros collectés à ce jour grâce à la générosité de nos clients », ajoute-t-il.

Click & collect, grande distribution et commerces de proximité également concernés

Chez Uber Eats, le premier épisode de confinement avait permis de recruter 5 000 nouveaux restaurants partenaires, portant leur nombre à environ 25 000 à date dans l’Hexagone. L’objectif de la plateforme, aujourd’hui présente dans 220 agglomérations françaises, sera donc de poursuivre le recrutement avec la gratuité des frais d’activation pour tout nouveau restaurant souhaitant intégrer le service de livraison de la plateforme. Précision importante, tous les établissements qui le souhaitent pourront désormais percevoir leurs revenus de manière quotidienne via un simple clic contre une fois par semaine, auparavant. « C’est un moyen de s’assurer une rentrée de trésorerie précieuse, notamment pour tous les indépendants qui représentent 70 % des restaurants utilisant l’application », souligne Manon Guignard, Senior Communications Associate France d'Uber Eats. Par ailleurs, ils pourront aussi profiter d’une exonération des commissions sur toutes les commandes à emporter. A date, 8 700 restaurants sur 25 000 offrent en effet ce service de click & collect et le nombre de commandes enregistrées sur l’application, par ce biais, a doublé depuis le mois de mars. Enfin, tandis que les clients sont contraints de rester chez eux, Uber Eats n’entend pas limiter son périmètre d’action à la restauration hors-domicile. En plein confinement, l’entreprise s’était rapprochée du géant de la GMS Carrefour pour lancer le 6 avril un service de livraison depuis une quinzaine de magasins en région parisienne autour d’une sélection de 250 références produits. Depuis, le partenariat a fait du chemin puisque ce sont désormais plus de 330 magasins répartis dans une centaine d’agglomérations qui proposent près de 1 000 références : fruits et légumes, produits laitiers, produits secs, boissons mais aussi produits d’entretien et d’hygiène… Les 500 magasins sont visés dans les prochains mois alors que l’entreprise a observé un vrai intérêt des clients pour les produits du quotidien via l’application durant le confinement (+ 84 % sur le seul mois d’avril) que cela soit chez Carrefour mais aussi auprès de supermarchés, d’épiceries et autres commerces de proximités dont le nombre (800 à date sur l’application) a été multiplié par 8 depuis le début d’année.

Jonathan Douay Rédacteur en chef adjoint France Snacking Suivez Jonathan Douay sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique