Fresh Burritos Timothee Tronet Garder le cap mais adapter l’offre à la commande en ligne
Management & Franchise 2

#snackingconnexion. Garder le cap mais adapter l’offre à la livraison pour Timothée Tronet – Fresh Burritos

13 Novembre 2020 - 1436 vue(s)
Pour le réseau Fresh Burritos et ses 40 restaurants dont 4 ouverts depuis le début de l’année, le millésime 2020 devrait s’afficher en recul de 20 % à périmètre constant. Malgré le 1er confinement, et le second où une grande partie du réseau est restée ouverte, l’enseigne a bien résisté. Si la marque ne compte pas remettre en question un modèle qui fonctionne, la livraison est un gros sujet qui l'a poussée à réfléchir à une offre adaptée à ce canal de distribution avec une expérience qui lui sera propre, explique Timothée Tronet, CEO de la chaîne.

Comment la chaîne est sortie du 1er confinement et en quoi cette crise a changé votre business model ?

Le 1er confinement a été un manque à gagner de 500 K€ mais les pertes financières ont été moindres. Certes le CA est bas, voire nul, mais les charges ont globalement pu être maîtrisées.

Ces périodes particulières incitent forcément à se pencher un peu plus sur le business model de la livraison. Nous avons approfondi le sujet et nous sortons une offre spécifique en livraison prochainement. Mais pour autant, il faut garder en tête que c'est une période particulière et que les habitudes reprendront en période post covid.

On ne peut pas se permettre de remettre en cause ce qui a très bien marché sous prétexte que cela fonctionne moins en période covid-19." Timothée Tronet, CEO Fresh Burritos.

Quels est le point de transformation majeur de la marque ?

Avant la covid, nous proposions déjà le click and collect et la livraison qui représentait 25 % de l’activité. Alors certes, nous avons travaillé le sujet de façon à répondre au plus près aux attentes des clients et offrir une expérience agréable, mais nous ne pensons pas que ce soit la mort du shopping, des cinémas, des loisirs et de la restauration. Nous gardons le cap et la tête froide vis-à-vis de nos objectifs. Les chiffres d’affaires de septembre étaient quasiment revenus à la normale ce qui nous conforte dans la résilience de notre modèle. La période est particulière, elle est propice à la réflexion sur la digitalisation de notre offre, principalement la livraison. Comme je l'ai précisé, cela se fera à travers une offre spécifique qui sera uniquement dédiée à ce canal et qui offrira une expérience client plus aboutie. Mais nous ne souhaitons pas tout remettre en cause.

Comment avez-vous vécu l’annonce de ce 2e confinement ? Et vos décisions post-annonce ? 

Comme tout le monde, nous nous y attendions. Tant que ce n'était pas officiel, nous espérions toujours une bonne surprise. Aujourd'hui, c'est surtout de la frustration que nous ressentons plutôt que de l'inquiétude. Nous sommes tellement impatients de pouvoir travailler à nouveau normalement. Nous n’allons pas solliciter de nouveaux PGE (ou à la marge). Effectivement, une nouvelle discussion va s’installer avec les bailleurs afin de négocier les loyers pendant cette période de confinement

Cette nouvelle fermeture a-t-elle ou va-t-elle entraîner des changements stratégiques majeurs, si oui lesquels ?

Nous allons garder le cap concernant la plupart des sujets. L'épidémie va accélérer certaines mutations concernant les habitudes de consommation. Je pense principalement à la livraison et au click and collect. Les périodes de confinement ont été une formidable période de recrutement de nouveaux clients pour Deliveroo et Uber Eats. Pour autant, même s’il ne faut pas l’ignorer, nous ne souhaitons pas que notre business model repose sur la livraison ce qui nous paraît dangereux à moyen terme.  Mais l'heure n'est pas à la remise en cause totale. Nous préférons nous projeter à 5 ans, à 10 ans plutôt qu'à 6 mois. Evidemment, nous avons dû mettre en place le chômage partiel. Les stocks de marchandises ont été écoulés sur les restaurants qui sont restés ouverts. Et nous avons plus d’expérience, désormais. Nous avons mieux anticipé la fermeture ou la baisse d’activité. Pour notre métier de franchiseur, nous constatons que les candidats prennent globalement du recul vis-à-vis de la situation. Ils ont conscience de la particularité de la période actuelle. Malgré tout, cela est aussi un bon filtre pour tester la motivation et la résilience de nos candidats. Ce sont des éléments clés avant de devenir entrepreneur.

Quel tableau dressez-vous pour les mois à venir pour la restauration en général et votre segment en particulier ?

D'une façon générale, cette épidémie accélère les choses. Il n'y a pas de changement de paradigme mais une société qui va adopter de nouveaux comportements un peu plus vite que prévu. Mais nous savions tous que la livraison était un enjeu important. Nous savions également que les centres commerciaux n'allaient pas au mieux, principalement à cause du e-commerce. Mais nous sommes persuadés que nos clients auront toujours besoin de loisirs, de divertissements, de sortir. Et la restauration répond parfaitement à ces attentes et y répondra encore pendant longtemps.

----------------------------

Nous vous suggérons les articles 

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique