Cercle Perspectives
Tendances 2

Covid-19, 2/3 des CHR indépendants présentent des risques élevés de défaillance

26 Mai 2021 - 1145 vue(s)
Avec la forte reprise qui se dessine, on en oublierait presque l’état de santé réel d’un secteur mis à mal par plus de 14 mois de pandémie. Pour autant, deux établissements sur 3 sont entrés en zone de haut risque, selon une étude du Cercle Perspectives.

Si le moral et les sourires sont en partie revenus depuis l’ouverture des terrasses et les perspectives de retour à la normale d’ici le 9 et le 30 juin, la branche va sortir abîmée de cette période inédite de crise. Les impacts de ces stop & go de confinements, déconfinements, couvre-feux et autres jauges, ont fortement impacté les cafés, hôtels, les restaurants et l'industrie du tourisme en général, rappelle le Cercle Perspective regroupant 17 des 60 cabinets d’expertise-comptable en France. L’étude conduite a eu pour but de mesurer le risque de défaillance dans le secteur qui emploie plus d’un million de personnes et génère 60 md€ de CA. L’outil a été construit autour de 5 indicateurs clés : les redressements judiciaires, la consommation du PGE, l’activité partielle, le retard sur charges sociales/fiscales et les impayés fournisseurs. Et Laurent Charpart, Président du Cercle Perspectives d’évoquer une situation préoccupante et prévisible malgré les aides. Il appelle d’ailleurs, à la mise en place de mesures toniques pour accompagner, dans la durée, ce secteur d’activité stratégique comme l’allongement de la durée de remboursement du PGE ou la suppression temporaire des charges sociales sur les salaires.

"La remise en route des établissements va prendre du temps et peser sur les résultats, et les dirigeants devront aussi faire face à la pénurie de main d’œuvre", Laurent Charpart, Président du Cercle Perspectives.

Selon l’étude réalisée sur un panel de 1 517 établissements, si 2 % des établissements sont en redressement judiciaire pour lesquels le niveau de risque s’établit à 100 %, le niveau moyen de risque de défaillance est de 50 % pour les CHR et 2/3 présentent un niveau de risque de défaillance égal ou supérieur à 50 %.  85 % des établissements issus de l’échantillon font usage de l’activité partielle, qui joue pleinement son rôle d’amortisseur pour le secteur. Près de 2/3 des établissements du panel, ont entamé leur Prêt Garanti par l’Etat pour payer leurs frais fixes et préserver leur flexibilité financière. Par ailleurs, si 31 % des établissements affichent un retard de paiement des charges sociales ou fiscales, pour autant seulement 18 % d’entre eux accusent des impayés fournisseurs.

Certains secteurs présentent des risques élevés de défaillance, comme les traiteurs avec 34 % dont le risque est compris entre 75 % et 100 %. A contrario, les campings enregistrent le risque le moins élevé, la saison 2020 leur ayant permis de se constituer une trésorerie suffisante durant la saison hivernale où ils sont fermés.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

----o

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique