npd group maria bertoch étude restauration
Tendances 17

La fréquentation des restaurants recule de 39 % par rapport à 2019. Mais la restauration rapide résiste mieux.

28 Septembre 2021 - 2016 vue(s)
Fortement impacté par la crise du Covid-19 et les mesures de restriction, le marché de la restauration hors domicile affiche des pertes de 39 % en visites et de 45 % en dépenses sur les sept premiers mois de l’année 2021 par rapport à 2019. Alors que la restauration rapide a mieux résisté (- 17 %), un retour à la normale est espéré pour 2023 par le cabinet spécialisé The NPD Group.

Le cabinet spécialisé en étude de marché The NPD Group dresse un état des lieux peu reluisant du marché de la restauration, bousculé par une année en dents de scie rythmée par les mesures de confinement et autres fermetures administratives afin de lutter contre l’épidémie. Ainsi, celui-ci aura enregistré, sur la période de janvier à août 2021, un recul des visites de 39 % par rapport à 2019. Ce serait encore pire du côté des dépenses avec une baisse nette de 45 % sur les sept premiers mois de l’année. Sans surprise, la restauration à table, qui a fonctionné à 15 % seulement de sa capacité normale en dépenses entre janvier et mai, est le secteur le plus impacté, avec une chute de près de 70 % en visites et en valeur par rapport à 2019. Toutefois, le recul est moindre pour la restauration rapide, avec des pertes d’environ 17 % sur la même période. En effet, trois segments de ce circuit ont su s’adapter et limiter leurs pertes en misant notamment sur la vente à emporter : « les fast foods spécialisés burger, les boulangeries et les pizzas livrées », indique The NPD Group. La vente à emporter et la livraison ont ainsi permis à la restauration rapide de maintenir une activité, la consommation nomade passant de près de 70 % des visites en 2019 à 90 % en 2021.

"Covid oblige, tout le marché de la RHD s’est mis à l’heure nomade : sur les sept mois de référence, la livraison a doublé en visites tandis que le drive progressait de 75 %. Cette tendance a naturellement profité à la restauration rapide dont les bons chiffres s’expliquent par le fait que des chaînes ont continué à ouvrir des points de vente malgré la crise", souligne Marie Bertoch, expert Foodservice au sein du cabinet The NPD Group. 

 

Une reprise estivale qui profite à la restauration rapide      

Si, sur les deux premiers mois de réouverture des restaurants (juin et juillet 2021), le marché global a atteint seulement 77 % de sa valeur par rapport à l’été 2019, la rapide affiche des signes de prises bien plus nets. Le segment n’aurait ainsi reculé « que » de 8 % en comparaison de l’été 2019. « Les options rapides et nomades, plébiscitées par un public jeune, portent le dynamisme du marché. Notamment, les segments « pizza à emporter » et « burger » ont fait une remontée fulgurante, retrouvant le niveau de l’été 2019 », analyse The NPD Group. En comparaison, la reprise est plus lente pour la restauration à table : le circuit ne retrouve que 70 % de la valeur de l’année de référence 2019. Côté profils, les chiffres estivaux révèlent clairement une fracture générationnelle : les « plus de 55 ans » sont moins retournés au restaurant (- 30 % en visites par comparaison avec l’été 2019) que les plus jeunes (- 20 %). Introduit à partir du 9 août dans les établissements de restauration, le pass sanitaire a également temporisé le dynamisme de la période estivale, puisque le marché enregistre sur ce dernier mois des résultats quasiment identiques à ceux d’août 2020, en visites (+ 1 %) comme en dépenses (- 1 %). Il s’agit d’un coup de frein à la reprise amorcée précédemment, puisque entre juin et août 2021, on observe une croissance de 10 % en dépenses par rapport à 2020, alors que le marché a bondi de 17 % entre juin et juillet 2021. « On constate que le ticket moyen a reculé de 2 % en août, avec un marché qui a basculé vers la restauration rapide, moins impactée par l’introduction du pass sanitaire grâce à la vente à emporter et à la livraison. Ce ralentissement devrait cependant s’atténuer à mesure que la vaccination avance », pronostique Maria Bertoch tandis que le cabinet anticipe une année 2021 tournée vers la sortie de crise, avec une progression totale projetée à 14 % en visites par rapport à 2020. Selon ses analyses, le marché global devrait reprendre sa croissance, qui devrait atteindre son maximum en 2022, avec + 19 % en visites et + 21 % en valeur par rapport à 2021. Ainsi, en 2023, le marché de la RDH pourrait s’approcher au plus près de son niveau de 2019…

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique