E-commerce : les chiffres clefs en 2024 que tout restaurateur moderne se doit de connaître
FoodTech

E-commerce : les chiffres clefs en 2024 que tout restaurateur moderne se doit de connaître

23 Février 2024 - 2867 vue(s)
160 milliards d’euros ont été dépensés en ligne en 2023 en France : le e-commerce continue sa progression à 2 chiffres, soit 10,5 % sur un an. C'est l'un des premiers enseignements que nous pouvons tirer à la lecture des conclusions de la Fevad (Fédération e-commerce et vente à distance), qui vient de publier son rapport annuel : « Chiffres clés e-commerce 2023 : panorama 360° de l'état du e-commerce en France et de l'évolution des comportements d'achat sur internet des Français ». Quels sont les secteurs qui profitent le plus de l’engouement de la vente en ligne ?Pour le savoir et affûter votre stratégie, parcourez cet article !

Le récent rapport dévoilé par la Fevad offre une synthèse exhaustive des indicateurs clés du e-commerce, compilés par la fédération en collaboration avec divers instituts de sondage tout au long de l'année. Attendu avec impatience par les observateurs et les experts du domaine, il permet de contextualiser les évolutions majeures de cette industrie encore jeune mais qui révolutionne déjà le retail et le marketing (vous pouvez toujours parcourir notre article de l’an passé ici afin de suivre les évolutions). Il offre également aux acteurs du foodsytem des pistes stratégiques pour renforcer leur présence digitale. Au-delà des données révélatrices sur les comportements d'achat et les drivers de consommation, cette étude souligne l'importance croissante de la diversification des canaux de distribution et de l'adoption de modèles hybrides. Qui sont vraiment les consommateurs en ligne ? Quels sont leurs habitudes d'achat, leur localisation, leurs dépenses et leur récurrence ? Quelles sont leurs attentes en matière d'environnement et de responsabilité sociale des entreprises ? Quels appareils utilisent-ils principalement pour passer leurs commandes ? Et quelle part représente la livraison dans le secteur alimentaire ? Toutes ces interrogations trouveront des réponses dans les conclusions de cette étude, que Umameet et Snacking.fr se feront un plaisir de partager avec vous lors de cette nouvelle édition de #FridayFoodtech.

159,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour le secteur du e-commerce (produits et services), en hausse de 10,5 % en 2023 vs 2022 - FEVAD

Les ventes de services poursuivent leur forte croissance à + 20 %. Cette progression repose à la fois sur la hausse du nombre de transactions (+ 12 %) et sur l’augmentation du panier moyen (+ 7 %) qui atteint 68 euros. A l’inverse, les ventes de produits sur internet reculent de 1,8 % par rapport à 2022.

59,3 % de part de marché pour le secteur du tourisme et du voyage

Pionnier et incontournable, le secteur du Voyage et du Tourisme brille en tant que leader incontesté du commerce électronique en France, attirant près de 6 cyberacheteurs sur 10 (59,3 %) au cours des 12 derniers mois. Avec ces chiffres éloquents, les sites spécialisés dans ce domaine (booking.com, airbnb) se hissent au sommet des produits et services les plus prisés en ligne, séduisant 66 % des 25 à 34 ans, 70 % des cadres supérieurs et 66 % des citadins résidant dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants.

Pour la première fois, cette domination éclipse l'industrie de la Mode ! qui s’accroche tant bien que mal mais perd sa position de leader incontesté des ventes en ligne avec 54,3 % de part de marché en volumes et en valeur. C’est l’offre milieu de gamme qui souffre le plus alors que le luxe s’en sort confortablement tout comme la fast fashon, Shein en tête ou bien l’offre de seconde main avec Vinted, marques préférées des Français. Ensuite, suivent de près les produits culturels physiques (49,4 %), les articles techniques et électroménagers (45,6 %), ainsi que les jeux et jouets (43 %), dans un classement illustrant la diversité des intérêts des consommateurs en ligne.

Les cyberacheteurs français ont passé en moyenne 60 commandes au cours de l'année ! - FEVAD

75 € : l’augmentation du panier moyen (+ 7 %) booste la croissance des services

2,35 milliards de transactions ont été réalisées sur internet en 2023 soit une croissance de + 4,9 % qui, avec la hausse des prix due à l’inflation, permet d’expliquer cette croissance de + 7 %. Les opérateurs pratiquent notamment avec aisance le cross selling (vente de produits annexes comme des sièges premiums, la mise à disposition des bagages en soute avec supplément, le self check-in en aéroport qui permet d’économiser du personnel et de garantir un prix frontal accessible), mais aussi l’upselling en proposant une offre de plus en plus « all inclusive » : offre packagée, séjours thématiques, animations périphériques, etc…

+ 15 % : les petites agglomérations (aussi) boostent l’activité e-commerce

Le secteur du tourisme et du voyage progresse de 4,4 points en 1 an. Ce dynamisme provient notamment des 35 ans et plus (+ 8 points), mais aussi des professions modestes (+ 5 points), ainsi que des agglomérations hors région parisienne, notamment les petites agglomérations (+ 15 points) et les agglomérations de 100 000 habitants et plus (+ 9 points). A noter que ce secteur avec 41 % de cyberacheteurs exclusifs ou en majorité sur Internet vient en tête pour la part d’acheteurs qui privilégient Internet à l’agence physique et ce, loin devant les produits culturels physiques (23 %), la mode (19 %) ou les produits techniques et électroménagers (19 %).

2 Français sur 3 déclarent que l'e-commerce a eu un impact positif sur leur vie quotidienne ces dix dernières années ! - FEVAD

La profonde transformation des habitudes quotidiennes engendrée par le e-commerce est grandement appréciée par les Français. Alors que d'autres aspects de la révolution numérique suscitent des inquiétudes (robotisation de l’industrie, intégration de l’intelligence artificielle dans la communication et destructrice d’emplois, préservation de l’identité numérique et de ses données personnelles…), le e-commerce est surtout perçu comme un catalyseur pour une consommation plus responsable, préservant le pouvoir d'achat et offrant un accès à une gamme de produits plus diversifiée sur tout le territoire. Selon les Français, le e-commerce leur permet de mieux répondre à leurs besoins, d'agir en accord avec leurs valeurs, de gagner du temps au quotidien et de renforcer leurs liens sociaux avec leurs familles, leurs amis et leurs marques préférées.

73 % des Français font des achats ou accèdent à des services hors des horaires d’ouverture des magasins - FEVAD

 

  • Les bénéfices perçus dans l’usage du commerce en ligne : gain de temps, meilleure gestion du budget, relations sociales amplifiées, désenclavement géographique, meilleur accès à la santé et au bien-être...
  • Pour 85 % des cyberacheteurs, l'e-commerce et les services en ligne leur permettent d’économiser du temps (le fameux life hacking). Du temps qui leur permet de s'occuper d'eux, de leurs proches, de faire des activités culturelles ou sportives, etc. 79 % des Français utilisent ce temps économisé pour effectuer au moins une activité "hors ligne".
  • Les Français utilisent l'e-commerce comme un outil au service de leur pouvoir d’achat pour : optimiser les achats, comparer les prix (85 %), trouver les meilleures offres et les promotions et mieux gérer leurs budgets et leurs dépenses (63 %). 

42 millions de Français achètent sur internet en 2023, soit 80,4 % des internautes – Fevad 2024

70 % donnent la priorité aux sites engagés sur le plan de l’environnement ou qui proposent des produits made in France

Le e-commerce est de plus en plus perçu comme un moyen de concrétiser ses engagements : 52 % des e-acheteurs ont commandé des produits reconditionnés ou de seconde main au cours de l’année, et même deux sur trois chez les 15-25 ans. Plus globalement, plus de 8 Français sur 10 privilégient la qualité à la quantité lorsqu’ils achètent sur internet en 2023 et 70 % donnent la priorité aux sites engagés sur le plan de l’environnement ou qui proposent des produits made in France, bien que la motivation économique subsiste en cette période d’inflation.

78 % des 15-24 ans veulent consommer « autrement » et privilégient l’économie durable

Aujourd'hui, le consommateur se veut de plus en plus conscient de son rôle de "citoyen" lors de ses achats, portant une attention particulière à la promotion du savoir-faire national et à la préservation de l'économie française ainsi que de l'environnement. Selon le rapport, 79 % des Français privilégient les produits fabriqués en France, 70 % optent pour des produits respectueux de l'environnement ou biologiques, et 65 % soutiennent l'économie circulaire en favorisant les produits reconditionnés, d'occasion, invendus ou recyclés, avec un chiffre montant à 78 % chez les 15-24 ans. En outre, 72 % des Français accordent de l'importance aux critères sociaux et éthiques lors de leurs achats.

L’avis d’Umameet >

Même en période de crises multiples et d’inflation chronique le e-commerce s’inscrit comme une valeur sûre, prouvant, s’il faut encore le prouver, qu’il faut désormais compter sur les stratégies cross-canal et le marketing digital pour sortir son épingle du jeu. Indépendants et chaînes de restauration ont fort à faire pour toujours séduire une cible jeune et naturellement adepte de la digitalisation et en même temps conserver ses clients fidèles de longue date. La promesse d’apparaître comme une marque engagée qui favorise la décarbonisation de notre écosystème devient une vraie source de différentiation à la condition, cependant d’éduquer et même évangéliser le consommateur vers un commerce construit autrement et qui ne favorise plus le commerce outrancier, mais une certaine sobriété qui profitera à tous. Je ne sais pas si vous avez conscience de cela, mais en tout cas, les Français ont grandement besoin d’être accompagnés dans cette démarche afin de réaliser de bons choix !  Comme il est évoqué dans ce rapport : « Plus de la moitié des Français (55 %) estime que le e-commerce contribue à une meilleure information et une plus grande transparence sur les produits, notamment en ce qui concerne leurs qualités environnementales, leurs conditions de production et leur origine. Le commerce en ligne simplifie ainsi l'accès à des produits plus responsables, agissant comme un outil "facilitateur" pour aligner les achats avec les convictions des consommateurs. » Voilà qui est dit ! Et tant pis si ça pique !

Pascal Perriot Web Manager Suivez Pascal Perriot sur @perriot_pascal
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique