Edito France Snacking n° 50 : Bullez, éliminés...
Communauté 4

Edito France Snacking n° 50 : Bullez, éliminés...

16 Octobre 2018 - 1201 vue(s)

C’est l’histoire d’une bulle spéculative qui gonfle, qui gonfle et qui… Krach, à la fin éclate ! Souvenez-vous, c’était au tournant des années 2000, et la révolution internet enflait la tête des marchés financiers. Jusqu’au trou d’air ! Rappelez-vous de la disparition ou presque des AOL, Nortel, Compaq, Motorola... Parmi les rescapés du crash, Allo Resto faisait figure de pionnier de la foodtech française. Son crédo de l’époque : créer une place de marché virtuelle répertoriant les restaurants capables d’assurer la livraison de leurs repas au domicile des clients. C’était osé mais Sébastien Forest, son fondateur, y croyait dur comme fer. Aucune logistique alors, la livraison était gérée directement par le restaurateur et Allo Resto, racheté depuis par JustEat, intervenait comme un apporteur d’affaires au marketing bien huilé. 20 ans plus tard, a-t-on vraiment trouvé mieux ? La question mérite d’être posée alors que le secteur part dans tous les sens et bouscule tous les équilibres… depuis le compte d’exploitation des restaurants jusqu’à la mainmise sur le fichier clients. Alors, quelle position prendre dans un marché de la livraison de repas pourtant en plein boom – 2,4 Mds d’€ soit 4 % des revenus de la restauration ! —, sur lequel on ne compte plus les dérapages. Crise de maturité me direz-vous, crise de nerfs tout simplement pour tous les restaurateurs qui ont laissé des plumes dans les aventures Take eat easy ou Tok Tok Tok. Bien heureusement le dernier en date, Foodora, qui rangeait définitivement ses vélos au garage cet été n’a pas laissé d’ardoise... Mais beaucoup de questions ! Le modèle est-il viable ? De telles déconvenues sont-elles encore possibles ? Jusqu’où tout cela nous mènera-t-il alors qu’un méga géant de la livraison pourrait naître des discussions en cours de rachat de Deliveroo par Uber ? Vous avez dit « bulle »... Ça y ressemble tant la planète digitale s’emballe. Et qui seraient les premières victimes en cas de dérèglement de la machine ? Vraisemblablement les imprudents qui ont mis tous leurs œufs dans le même panier, qui ont sacrifié leur marge, leur rentabilité, la paternité de leurs clients sur l’autel de la livrée, face à un consommateur de plus en plus virtualisé ? Alors gare aux équilibres ! Peut-être que le scénario catastrophe ne se produira pas. Peut-être que le système va se réguler et que chacun y trouvera ses marques. Il faut l’espérer alors que les alliances et les nouveaux services se multiplient autour de ces géants qui aspirent tout ! Quoi qu’il en soit, face à l’ascension irrémédiable de la restauration livrée déjà entrée dans le quotidien de nos chers millennials, il n’y aura pas de rétropédalage possible. La prudence s’impose donc.

Découvrez le sommaire du magazine avec nos articles dédiés aux salons SIAL et EquipHotel, notre enquête spéciale sur la restauration dans les Campings, notre dossier spécial Sandwich et pain...

Jonathan Douay Rédacteur en chef adjoint France Snacking Suivez Jonathan Douay sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique